NOËL

Livre | Déposez un Johnny sous le sapin

«Johnny intime», c’est le titre d’un livre publié par Alain Rolland, un photographe belge qui a suivi la star dans son intimité pendant trois ans.

Un livre et une expo à Bruxelles. Le photographe Alain Rolland, avec la journaliste Alessandra d’Angelo, étale sur papier les moments intimes de Johnny en Amérique, de 2007 à 2010. Et en famille, avec Lætitia et leurs deux filles, Jade et Joy.

Los Angeles

Alain Rolland a été le photographe attitré de la famille Hallyday pendant cette période. De toutes les fêtes, de toutes les sessions en studio pour l’album Le cœur d’un homme, ou lors des préparatifs de la tournée Tour 66. Mais aussi des moments plus pénibles, comme l’hospitalisation du rockeur au Cedars-Sinaï en 2009.

Livre | Déposez un Johnny sous le sapin
Alain Rolland a eu l’occasion d’offrir un exemplaire de son livre à l’ex président français Nicolas Sarkozy quand celui-ci était venu dédicacer le sien à la librairie Filigranes à Bruxelles. © Mathieu Golinvaux
Alain Rolland raconte au Figaro cette période, comment il en est arrivé à côtoyer la star belgo-française. «En 2006, je vivais depuis 15 ans à Los Angeles. Je travaillais pour l’agence Angeli (l’autre photographe officiel de Johnny, qui expose en ce moment à Villers-la-Ville). Quand Johnny a décidé de vivre quelques mois aux States, Daniel Angeli m’a demandé de le suivre pour lui. Il ne voulait pas multiplier les voyages entre Paris et LA. Il a été décidé que je suivrais Johnny dans son quotidien de manière discrète».

Mais il ne faut pas croire pour autant que Johnny prenait la pause. «C’était plutôt un jeu du chat et de la souris entre lui et moi. Je devais prendre les photos sur le vif». Même si les rendez-vous étaient prévus entre les deux hommes, les photos étaient réalisées en mode paparazzi. Un genre apprécié par les magazines people… et leurs lecteurs. Le photographe suivait donc cette famille presque normale dans les moments de la vie de tous les jours. «Parfois, ils allaient jouer avec leurs petites Jade et Joy dans les parcs de la ville. Dans ces instants-là, Johnny n’était plus du tout une rock star mais un père qui pouvait passer de longs moments à pousser ses filles sur des balançoires et à les aider à ramasser des feuilles de châtaigniers.» Les photos qui en ressortent ont évidemment une saveur toute particulière pour ceux qui suivent et vivent même la vie de leur idole depuis des lustres. Avec cette impression de faire partie de la famille.

Fin de l’histoire

Cette complicité entre la star et le photographe a pris fin en 2010, lorsque la famille Hallyday s’est installée dans sa nouvelle maison à Pacific Palisades. C’est toujours là que vivent aujourd’hui Lætitia et ses deux filles.

Alain Rolland raconte: «Je voulais rentrer en Belgique, tout simplement. J’avais vécu dix-huit ans à Los Angeles et j’en avais fait le tour. J’ai revu les Hallyday à Bruxelles juste après les attentats de 2016. Johnny était allé poser des fleurs et des bougies et m’avait demandé de venir prendre la photo pour Paris Match. En juin 2017, je l’ai vu une dernière fois au concert des Vieilles Canailles à Bruxelles. Il était très malade mais il a tout donné sur scène. C’était extraordinaire.»

Tout ce travail accompli par le photographe belge, vous pouvez le découvrir dans une exposition à Bruxelles. Mais vous pouvez aussi le déposer sous le sapin, pour Noël. Son livre fera sans aucun doute des heureux parmi les fans de la star décédée il y a un peu plus de deux ans.

L’anecdote du coup de poing

Livre | Déposez un Johnny sous le sapin
L’anecdote du coup de poing de Johnny dans un restaurant de LA. Alain Rolland/ImageBuzz
Alain Rolland raconte avec malice cette anecdote survenue dans un restaurant de Los Angeles: «Johnny et Laeticia se sont établis, depuis une petite année seulement, à Los Angeles. Le rockeur est encore un illustre inconnu aux yeux des Américains. Il peut se promener totalement incognito. Mais, paradoxalement, cela commence à l’agacer quelque peu. Soucieuse de son moral, Laeticia me contacte et me dit: “Ce soir, je vais dîner avec mon mari dans un restaurant à̀ West Hollywood et ce serait vraiment bien que tu viennes faire quelques photos, cela lui fera certainement plaisir… mais chuuut, il n’est pas au courant!”»

Le photographe se présente alors au rendez-vous, comme convenu. Il poursuit: «Johnny et Laeticia s’avancent vers moi, main dans la main, lumineux. Mes coups de flash immortalisent l’instant lorsque Johnny m’interpelle: “Mais qu’est-ce que tu fais ici! Comment es-tu au courant?” Je regarde Laeticia, le sourire en coin, et Johnny, qui comprend la manigance, me simule un énorme coup de poing! Les voituriers du restaurant viennent instantané́ment me questionner et très vite l’information de la présence de ce chanteur français est relayée. Ce sera le début de la notoriété américaine pour Johnny.»

Le livre «Johnny Intime», aux Éditions Le Cherche Midi, est en vente au prix de 35€.

L’exposition «Johnny Intime, un autre regard du mythe», à la galerie ART22 dans le quartier des Marolles, à Bruxelles, jusqu’au 19 janvier 2020. La galerie est ouverte du vendredi au dimanche, de 10 h 30 à 16 h 30. Galerie Art22, Place du jeu de Balle, 56b, à Bruxelles.

Livre | Déposez un Johnny sous le sapin
Pepperdine University, Malibu (Californie), 19 septembre 2010. Installés sur leur nouvelle Harley – Davidson à trois roues, Johnny et Laeticia roulent le long du campus qui s’étend sur 340 hectares et qui bénéficie d’une vue plongeante sur l’océan Pacifique. En arrière-plan, des milliers de drapeaux américains sont plantés en hommage aux victimes des attentats du 11 septembre. Alain Rolland/ImageBuzz