HUY

Huy: les «pièces du cœur», pour deux actions du CHRH

Huy: les «pièces du cœur», pour deux actions du CHRH

Les petites tirelires se retrouvent dans tous les commerçants hutois ainsi qu’au CHRH. -

Les commerçants hutois lancent l’opération «Pièces du cœur». En espérant ainsi soutenir deux actions du CHRH. A vos petites pièces rouges d’1 et 2 cents…

Les petites pièces rouges d’1 et de 2 cents, c’est bientôt fini. La Banque nationale a décidé, en cette fin d’année, de les retirer de la circulation. Et la Fédération des commerçants y a réfléchi car «les commerçants sont directement concernés par cela, explique Daniel Millecam, le président de la Fédération. Déjà, on a informé les commerçants hutois des dispositions légales.» Puis les idées ont fusé. «Un des commerçants a proposé de les récolter au profit d’une œuvre.» Encore fallait-il trouver laquelle soutenir… La réflexion a ainsi glissé sur le soutien à apporter au CHRH et aux enfants qui y sont hospitalisés. «Il y a quelques mois, on voulait soutenir les Tedd’Huy», ces petits oursons en tricot qui viennent habiller les perfusions des enfants du service de pédiatrie.

L’idée était lancée et les commerçants l’ont appuyée à fond. «Nous avons décidé de récolter les pièces d’1 et 2 cents au profit de deux associations du CHRH.» Les Tedd’Huy mais aussi les voitures du service pédiatrie. Ces petites voitures électriques leur permettent d’aller, de façon ludique, d’un endroit à l’autre.

La Fédération des commerçants a ainsi édité 300 tirelires aux couleurs de son opération. Elles ont été déposées auprès des commerçants mais aussi au CHRH, partenaire de l’opération et qui a accueilli l’idée avec enthousiasme. «Tout le monde trouve l’idée bonne, note Daniel Millecamp. On pense que c’est surtout dans les commerces de détail que cela marchera.» L’opération devrait se poursuivre jusqu’à la fin janvier car «on n’est pas pressés». Date à laquelle un chèque sera remis au CHRH. «Ce ne sera pas une grosse somme mais c’est le principe de solidarité qu’il faut souligner.»

Une première collaboration

Il est plutôt content, Jean-François Ronveaux, directeur général au sein du CHRH. «C’est une initiative de la Fédération que je remercie. Lorsque j’ai été contacté par son président Daniel Millecam, j’ai proposé ces deux actions-là, les deux dernières actions symboliques lancées par le CHRH.» Une aide d’autant plus précieuse qu’«on a une demande pour un peu de budget car il faut un peu de matériel». Jean-François Ronveaux en est persuadé: ceci est une première collaboration «qui doit en amener d’autres car le courant passe bien».