La fureur d’écrire

EdA - 50328845501

Ecrire est un véritable besoin pour Melissa Collignon. La jeune femme sort son troisième roman, «L’oeil des Capana», cet hiver. Une plongée insolite dans l’univers des cirques de l’étrange, avec femme à barbe et homme élastique.

Melissa Collignon compte déjà deux romans à son actif: «L’Avalant» et «Katharsis». Trois ans plus tard, la jeune femme publie son nouveau bouquin, «L’œil des Capana» paru aux éditions Academia l’Harmattan. «Trois ans, c’est le temps dont j’ai besoin pour inventer une histoire et trouver les mots adéquats pour la raconter, dit-elle. À mes yeux, un roman réussi doit combiner une bonne histoire et un style. Les rebondissements sont aussi importants que la précision des mots choisis pour faire avancer le récit.» La chargée de communication du centre culturel de Genappe apprécie tout autant varier les genres et les époques. Avec son troisième roman, elle balaie les trente dernières années du 20e siècle au travers d’une plongée dans l’univers fascinant du cirque de l’étrange. «Deux récits s’entrecroisent. Le premier se déroule en Bretagne, le second a pour cadre les montagnes italiennes. C’est un peu un roman d’aventure, mais sans prise de tête.» Melissa Collignon s’évertue aujourd’hui à faire exister son livre. «Je n’écris pas pour moi. Ce que j’aime, c’est emmener les gens dans une intrigue que j’ai imaginée. Mais trouver un éditeur, se faire connaître, c’est galère. En Belgique, peu d’auteurs parviennent à sortir du lot. La place est prise par les grandes maisons d’édition et leurs auteurs stars.» Ce qui n’empêche pas la jeune femme de continuer à écrire. «J’ai déjà entamé mon quatrième roman.»