POLITIQUE

Emir Kir se fait taper sur les doigts par Paul Magnette

Emir Kir se fait taper sur les doigts par Paul Magnette

Le bourgmestre de Saint-Josse, Emir Kir (PS). BELGA

Le président du PS a condamné la rencontre entre le socialiste Emir Kir et deux maires turcs d’extrême droite. Il a rappelé l’importance du cordon sanitaire.

Le président du PS, Paul Magnette, a fermement condamné dimanche la rencontre début décembre entre le bourgmestre de Saint-Josse-Ten-Noode, Emir Kir (PS), et deux maires turcs d’extrême droite. «Le cordon sanitaire, c’est une réalité contre le Vlaams Belang et ça doit l’être contre tous les partis d’extrême droite, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent», a commenté Paul Magnette sur le plateau de l’Invité (RTL-TVI).

Le 5 décembre, Emir Kir a reçu une délégation de six maires turcs, dont deux sont issus du MHP, un parti nationaliste considéré comme étant d’extrême droite et proche de l’organisation des Loups Gris.

À la demande d’un militant du PS, le bourgmestre de Saint-Josse sera convoqué prochainement devant la commission de vigilance du PS. Récemment interrogé par Belga, Emir Kir a indiqué qu’il était disposé à donner des explications au sujet de cette rencontre.

«Contrairement à ce qui a été dit, je n’ai pas lancé d’invitation pour accueillir ces bourgmestres. Mon cabinet a été contacté par l’association des Villes turques, politiquement neutre, nous informant que celle-ci se rendait au Comité des Régions de l’Union européenne pour une réunion de travail. Celle-ci a également souhaité me rencontrer», avait notamment précisé le bourgmestre de Saint-Josse.

«Ce n’est pas lui qui les a invités, n’empêche il n’aurait pas dû», a rétorqué Paul Magnette dimanche sur le plateau télévisé.