MONDE

Face au manque d’ambition des États, des militants d’ONG tiennent une «plénière du peuple»

Face au manque d’ambition des États, des militants d’ONG tiennent une «plénière du peuple»

BELGAONTHESPOT

Plus d’une centaine de militants d’ONG des quatre coins du monde ont tenu une «plénière du peuple», samedi dans l’enceinte de la COP25 à Madrid, alors que les négociations s’éternisent entre États divisés sur le niveau d’ambition climatique et la question technique des marchés carbone.

Cette «plénière du peuple» s’est tenue à quelques mètres à peine des salles qui accueillent les véritables réunions plénières des près de 200 États réunis depuis le 2 décembre à Madrid.

L’assemblée populaire, présidée comme la «vraie» COP25 par une personne de nationalité chilienne, a permis à des représentants des peuples indigènes, des pays du Sud, de la jeunesse, des ONG environnementales, de personnes handicapées, etc. de faire entendre leur voix. Tous ont accusé les États négociateurs d’avoir «failli» à répondre à l’urgence climatique. «Pouvoir au peuple, justice climatique!», ont scandé à plusieurs reprises les intervenants.

Cette COP25 peine à dégager un accord sur la question très technique des règles de mise en œuvre des marchés de crédits de carbone, un point qui avait été laissé en suspens à Katowice (COP24).

Perçue comme une COP de l’ambition et de l’action, cette 25e conférence climat de l’Onu n’a pas non plus permis de dégager un consensus parmi les principaux pollueurs de la planète sur la nécessité d’annoncer rapidement des engagements revus à la hausse. Seule l’Union européenne a annoncé cette semaine vouloir atteindre la neutralité carbone d’ici 2050.