NETHYS

Des coopératives citoyennes veulent racheter Elicio

Des coopératives citoyennes veulent racheter Elicio

Les membres des coopératives veulent prendre la main sur la production d’énergie éolienne. -

Rescoop, la fédération des coopératives citoyennes actives dans le secteur de l’énergie, se positionne pour le rachat d’Elicio, la filiale éolienne de Nethys.

La vente d’Elicio aux sociétés Ardentia de François Fornieri ayant été annulée, la filiale de Nethys active dans l’éolien est à nouveau (potentiellement) à vendre.

Ce vendredi, un candidat acquéreur plutôt inattendu est sorti du bois: il s’agit de Rescoop, la fédération des coopératives citoyennes actives dans le marché de l’énergie. Rescoop se positionne comme un candidat crédible dans la mesure où elle dispose d’une expertise d’une dizaine d’années dans le secteur éolien, tant pour la production (67 MW installés en énergie renouvelable, dont 35 dans l’éolien terrestre) que pour la distribution via son comptoir citoyen COCITER.

Pas un problème d’argent, un problème d’accès

Si Elicio est effectivement mis en vente, Rescoop entend se positionner comme un actionnaire de référence. Majoritaire? Tout dépend du futur modèle de la société, répond Fabienne Marchal, présidente de la fédération. Si le futur modèle d’Elicio intègre des participations privées et publiques, Rescoop se voit bien devenir le troisième partenaire, citoyen, sur base d’une clé d’un tiers de participations pour chaque acteur.

Reste que pour acheter, il faut des moyens. Et même si Elicio est endettée son potentiel de rentabilité dans l’éolien offshore et onshore est important. Si aucun chiffre officiel n’a été avancé, un montant de 200 à 250 millions est régulièrement avancé comme étant la valeur de la société. Un joli pactole…

«Le problème pour les coopératives n’est pas un problème de financement mais plutôt un problème d’accès aux projets», dit Mario Heukemes, membre de Rescoop et président de la coopérative Courant d’air (éolien dans la région de Waimes-Malmedy).

Autrement dit, quand il s’agit de choisir un acheteur potentiel, les grandes sociétés accordent peu de crédit aux propositions des coopératives.

Dans le cas d’Elicio, Rescoop estime pouvoir jouer deux cartes maîtresses. D’une part l’affaire Nethys-Publifin démontre qu’il faut plus de transparence et de mainmise publique (donc citoyenne) dans des secteurs (dont l’énergie) encore largement financés par de l’argent public. D’autre part, c’est le politique wallon lui-même qui réclamait, dans le Cadre de référence pour le développement éolien en Wallonie, une plus grande ouverture à la participation citoyenne.

Les responsables de Rescoop ont rencontré l’ensemble des partis. Et tous ont ouvert la porte à une telle participation de coopératives, assurent-ils. Rescoop attend maintenant que Nethys leur donne accès à la data room (les données commerciales, comptables et industrielles d’Elicio) pour qu’il puisse formuler une offre de rachat/participation en bonne et due forme.

Pour appuyer cette demande, un site web (www.energies-cooperatives.be) a été ouvert sur lequel les citoyens peuvent se manifester pour dire qu’ils sont, eux aussi, plus favorables à une prise en mains de la production d’énergie par des coopératives locales et citoyennes plutôt que par un groupe international. Comme on l’a vu très récemment avec le rachat d’Eneco (propriété de 44 communes néerlandaises) racheté par un consortium japonais.