BELGIQUE

Laurent Simons, surdoué belge de 9 ans, va rebondir dans la «meilleure université du monde»

Laurent Simons, surdoué belge de 9 ans, va rebondir dans la «meilleure université du monde»

Laurent Simons AFP

Laurent Simons, surdoué de neuf ans qui s’apprêtait à obtenir son diplôme de master à l’Université d’Eindhoven, a quitté l’établissement, mais rebondira aux États-Unis, selon son père.

Laurent Simons, petit Ostendais de 9 ans, s’apprêtait à être diplômé en génie électrique à l’Université d’Eindhoven. De quoi devenir le plus jeune diplômé universitaire du monde.

Mais les parents du prodige belge l’ont retiré de l’université après des accusations de plagiat et des menaces. «Après une entrevue avec le recteur, nous avons pris la décision que Laurent n’étudierait plus ici», a expliqué son père, Alexander, au quotidien Het Laatste Nieuws.

Une fin précoce qui n’est pas due à de mauvaises notes mais bien à un conflit avec l’établissement qui perdurait depuis quelque temps, selon les parents. Ce que l’université réfute. «Nous avons jugé le délai imposé impossible au vu des examens que Laurent devrait encore passer avant son dixième anniversaire, le 26 décembre prochain. Ses parents ont décidé de ne pas accepter ce calendrier, et de mettre fin aux études de Laurent».

Courtisé par de nombreuses universités prestigieuses, Laurent aurait déjà un accord avec un établissement américain. C’est en tout cas l’affirmation du père de l’enfant tenue ce mardi soir, sur une chaîne de télévision néerlandaise.

Alexander Simons n’a pas voulu dire précisément de quelle université il s’agissait, mais a laissé filer quelques indices. «C’est confidentiel. Des accords ont été conclus à ce sujet avec des personnes spécifiques. C’est déjà bien avancé, mais pas encore assez pour en parler. […] Si vous obtenez une offre pour travailler avec la meilleure université du monde, ce serait idiot de ne pas l’utiliser. Vous êtes juste tout au sommet».

Selon son père, le garçon de 9 ans sait déjà exactement ce qu’il veut être plus tard. «Laurent n’a pas de profession particulière en tête mais veut devenir scientifique. Son rêve est de pouvoir fabriquer des organes artificiels», a-t-il expliqué.

S’agit-il du Massachusetts Institute of Technology (MIT) à Cambridge? Elle figure en tout cas parmi les meilleures universités du monde et dispose d’une formation en génie électrique et d’une équipe de robotique. Un choix qui semblerait coïncider avec la volonté du petit garçon.

Les parents du prodige belge suivront leur fils aux États-Unis, ont-ils annoncé hier soir.