CONSO

Artificiel ou naturel: quel sapin de Noël est le plus respectueux de l’environnement?

Artificiel ou naturel: quel sapin de Noël est le plus respectueux de l’environnement?

Entre un sapin en PVC et un épicéa, lequel choisir? ekaterinabyuksel - stock.adobe.com

Vous tenez à garnir votre chaumière d’un sapin de Noël mais l’écologie vous tient à cœur? Voici quelques conseils à suivre pour des fêtes éco-responsables.

Omniprésent en cette période de fêtes de fin d’année, le sapin de Noël n’échappe pas à l’intérêt croissant pour la défense de l’environnement. Si vous n’avez pas encore acheté le vôtre, il est encore temps de réfléchir à son empreinte écologique.

Entre un sapin artificiel et un naturel, les acheteurs ne savent parfois pas pour lequel opter. Selon Bart Muys, professeur à l’Université de Louvain, il n’y a pas de discussion possible entre un arbre en PVC provenant des pays asiatiques et un épicéa. «Il faudrait garder son sapin artificiel pendant au moins vingt ans avant que son empreinte carbone devienne plus faible que celle d’un vrai sapin», confie le professeur en aménagement forestier au journal Het Nieuwsblad.

Et pour cause, une étude réalisée au Canada en 2009, et relayée par Consoglobe, a démontré qu’un sapin de Noël artificiel émettait l’équivalent de 8,1 kg de CO2 pour sa production et pour son transport, contre seulement 3,1 kg pour un sapin naturel.

Opter pour un arbre belge labellisé écologique

 

L’idée reçue selon laquelle un sapin artificiel est plus respectueux de l’environnement a donc la vie dure. A contrario, acheter un sapin naturel ne fera pas de vous un participant actif de la déforestation. Ces arbres étant spécialement cultivés pour cette période, leur impact sur le déboisement est donc relativement faible.

En outre, pendant leur croissance, les sapins transforment le Co2 en oxygène et contribuent à la limitation de l’effet de serre.

Toutefois, il ne suffit pas d’acheter un arbre naturel pour se sentir utile à l’environnement. L’idéal serait d’opter pour un arbre provenant des Ardennes belges et disposant d’un label écologique. «Ce label indique que les arbres sont plantés localement, sans engrais et sans pesticides. Lorsque Noël est terminé, vous pouvez facilement les planter et les réutiliser plus tard», conseille Bart Muys au Nieuwsblad.

Éviter les sapins floqués et «en motte»

 

D’autres conseils sont également de mise, comme le fait de ne pas acheter de sapin floqué, c’est-à-dire des arbres recouverts de fausse neige. De même la campagne #BeBiodiversity du SPF Santé publique rappelle qu’un sapin cloué sur un socle est préférable à un sapin en motte, lequel contribue à l’érosion du sol wallon.

Et pour ceux qui veulent aller encore plus loin, il reste encore l’alternative du sapin fabriqué à base de palettes et de matériaux de récupération.