NAMUR

90 conducteurs en état d’ébriété

90 conducteurs en état d’ébriété

Toutes les zones de police de la province étaient de sortie dans la nuit de samedi à dimanche. EdA - Jean-Pol Sedran 50344286073

Sur les 1690 conducteurs contrôlés, nonante étaient sous l’influence de l’alcool. Neuf autres étaient sous l’influence de stupéfiants.

Dimanche matin, la police intégrée de l’arrondissement de Namur (FIPA) a communiqué les chiffres de l’opération de contrôles dans le cadre de la campagne BOB du samedi dès 18h jusqu’à dimanche 4h.

Il apparaît que 1690 conducteurs ont été soumis soit à l’alco-sensor (voir ci-dessous), soit à l’éthylotest. Nonante étaient en état d’ébriété: 26 usagers ont vu leur permis de conduire retirés pour une période de quinze jours. Le

jours. Le permis de conduire des 64 autres conducteurs leur a été enlevé pour une période de 3 ou de 6 heures. Le taux d’alcool maximum constaté était de 1,13 Mg/litre d’air alvéolaire expiré.

La vitesse, les stups

Il n’y a évidemment pas que l’alcool qui était ciblé par cette opération. Deux conducteurs se sont également vus retirer leur permis de conduire pour 15 jours en raison de leur vitesse excessive. Neuf autres ont été contrôlés positifs aux produits stupéfiants: 6 d’entre eux se sont vus signifier un retrait immédiat de leur permis de conduire pour une période de 15 jours par les autorités judiciaires et 3 autres permis ont été retenus pour une période de 12 heures. Sept saisies de stupéfiants ont été réalisées grâce, notamment, à la présence de chiens pisteurs. Derniers chiffres: quatre véhicules ont été saisis pour défaut d’assurance. 88 procès-verbaux de roulage ont été rédigés pour défaut de ceinture, d’immatriculation ou encore de contrôle technique.

Enfin, la FIPA précise que deux arrestations administratives ont été effectuées ainsi qu’une arrestation judiciaire. Les 13 zones de police de la province de Namur ont participé à cette grande opération, mobilisant 160 policiers. «Cette opération est à la fois préventive et répressive, ajoute le commissaire divisionnaire Stefan D’Herde. Préventive dans le sens où nous avons annoncé les contrôles et qu’il est important de rappeler que la conduite sous influence est la cause de nombreux accidents. Et répressive dans le sens où, si un manquement à la loi est constaté, nous devons verbaliser.»

Lors des trois premiers trimestres en Wallonie, l’AWSR (l’agence wallonne de la sécurité routière) a recensé 3000 accidents liés à l’alcool. De quoi faire réfléchir.