article abonné offert

Grâce à des enquêteurs russes

L’affaire avait éclaté au grand jour en mars dernier. Dès janvier 2019, un service de cybercriminalité russe avait prévenu les autorités belges que des images pédopornographiques transitaient via l’adresse IP d’un de nos ressortissants.