CLIMAT

Les jeunes montent le ton en marge de la COP25: «Nous nous ferons de plus en plus bruyants»

Les jeunes activistes pro-climat Greta Thunberg, Adélaïde Charlier et Anuna De Wever lancent un nouvel appel en marge de la COP25.

Alors que la Conférence de Madrid 2019 sur les changements climatiques (COP25) bat son plein, une marche destinée à mettre la pression sur les pays réunis à cette occasion s’est tenue dans les rues de la capitale espagnole.

Présente en tête du cortège après avoir rejoint Madrid, la jeune activiste suédoise Greta Thunberg a rappelé l’urgence de la situation: « Nous ne pouvons pas attendre plus longtemps. […] J’espère sincèrement que la COP25 va aboutir à des choses concrètes.»

Du concret, des actes: c’est ce que demandent désormais les enfants et jeunes du monde entier qui ont fait grève pour le climat lors des douze derniers mois.

+ NOTRE DOSSIER | Marches pour le climat

Dans un texte cosigné lundi en marge de l’ouverture de la COP 25, la Suédoise Greta Thunberg, les Belges Adélaïde Charlier et Anuna De Wever, l’Allemande Luisa Neubauer, l’Australien Evan Meneses et l’Ougandaise Hilda Flavia Nakabuye dénoncent l’absence d’actions la reconnaissance de plus en plus importante de « la gravité et l’urgence de la crise climatique».

«Faire la grève n’est pas une activité qui nous amuse; nous le faisons parce que nous ne voyons pas d’autres options. Nous avons vu se dérouler plusieurs conférences sur le climat organisées par les Nations Unies. D’innombrables négociations ont abouti à des engagements encourageants de la part de gouvernements du monde entier et pourtant ceux-ci se révèlent vains», observent les jeunes activistes.

Vous doutez de la parole des jeunes? Mais ce se sont les scientifiques qui sonnent l’alarme.

De plus en plus souvent décriés en raison de leur jeune âge et de leur prétendue manipulation, les jeunes activistes répondent: «Vous doutez de la parole des jeunes? Mais ce se sont les scientifiques qui sonnent l’alarme. […] Les recherches montrent que la pollution résultant de la combustion d’énergies fossiles est la principale menace mondiale pour la santé des enfants. »

Un appel à poursuivre les actions, dès dimanche

Après une année de grèves et de marches pour alerter l’opinion publique et ses dirigeants sur l’urgence climatique, les jeunes se réjouissent des succès obtenus.

« Après un an de grève, nos voix se font entendre. Nous sommes invités à parler dans les couloirs du pouvoir. […] Nos efforts ont contribué faire avancer le débat sur le changement climatique. Les gens discutent maintenant de plus en plus de la crise à laquelle nous sommes confrontés, non pas intérieurement, mais publiquement et avec un sentiment d’urgence

Nous appelons à une chaîne humaine pour le climat le dimanche 8 décembre à Bruxelles.

Pour autant, ils ne sont pas dupes: « Face à l’évolution de l’opinion publique, les dirigeants du monde déclarent également nous avoir entendus. Ils disent qu’ils sont d’accord avec notre demande d’action urgente pour faire face à la crise climatique. Mais ils ne font rien. Alors qu’ils se rendent à Madrid pour la 25e session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, nous dénonçons cette hypocrisie. »

Et d’appeler à de nouvelles actions: «En Belgique, nous appelons à une chaîne humaine pour le climat le dimanche 8 décembre à Bruxelles. Les écoliers, les jeunes et les adultes du monde entier s’uniront pour demander à nos dirigeants d’agir parce que c’est une question de survie pour le vivant. Cette action doit être puissante et de grande envergure. Car la crise climatique ne concerne pas que l’environnement. C’est une crise des droits de l’homme, de justice et de volonté politique

«De plus en plus bruyants»

On l’a compris: Greta Thunberg, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et leurs homologues aux quatre coins de la planète ne sont pas près de désarmer. «Nous maintiendrons un rythme de grèves, de manifestations ou d’actions. Nous nous ferons de plus en plus bruyants. »

Mais alors que la fréquentation et le succès de telles marches ont baissé en intensité durant les derniers mois, ce nouvel appel trouvera-t-il à nouveau écho auprès de la population, jeunes et moins jeunes? Réponse (en partie) ce dimanche.