ÉCAUSSINNES

IPP: Écaussinnes rentre dans le rang

IPP: Écaussinnes rentre dans le rang

Ecaussinnes sera moins une exception dans le paysage fiscal du Centre BELGA

La commune d’Écaussinnes se distinguait par un impôt communal fort bas comparé à ses voisines. En 2020, la différence sera moins marquée…

Sur la carte de l’impôt, Ecaussinnes se distinguait de ses voisines de la région du Centre. Là où l’additionnel communal de l’impôt sur les personnes physiques (IPP) varie de 8 à 8,8% (le taux maximal), il n’est que de 6% à Écaussinnes, un taux digne des communes riches et cossues du BW.

Dans un paysage où les communes éprouvent des difficultés à boucler leur budget, la situation Ecaussinnoise semblait incongrue. Ce sera beaucoup moins le cas désormais. En effet, le Collège communal (PS-Écolo-MR) a annoncé sa volonté d’augmenter la part communale de l’IPP, qui passera de 6% à 7,6%.

«C’est devenu inéluctable, déclare le bourgmestre Xavier Dupont à nos confrères d’Antenne Centre. On constate une évolution constante des dépenses de transfert, soit la zone de police, la zone de secours, le CPAS, qui reçoivent des dotations du fédéral, qui sont de moins en moins importantes et la commune doit compenser cette différence de financement.»

Néanmoins, le Collège a tenu à garder une certaine singularité. «Nous avons voulu rester la commune la moins taxée de la région du Centre et à un taux inférieur à celui de la moyenne wallonne, qui est de 7,84%.»

Le taux a été calculé sur base pluriannuelle, jusque 2025 «pour permettre au Collège actuel de travailler sereinement», poursuit le bourgmestre qui assure qu’il n’y avait pas d’ alternatives, tout en soulignant que l’IPP est l’impôt «le plus juste» puisqu’il dépend des revenus.

Reniement et «hold-up»

Côté MR, on est un peu mal: on avait fait campagne en assurant que l’IPP n’augmenterait pas… «On ne pouvait plus faire face», estime l’échevine Véronique Sgallari qui avertit que sans cette augmentation, la commune aurait pu tomber sous la tutelle du CRAC (Centre Régional d’Aides aux Communes).

Côté opposition, évidemment, on s’en donne à cœur joie, Sébastien Deschamps (Ensemble) parle d’un «hold-up», fustige les dépenses en personnel et une «mauvaise gestion». «La masse salariale augmente de manière significative, on crée des projets pour faire plaisir aux amis ou à la famille, on a un échevin supplémentaire […] et c’est le citoyen écaussinnois qui va devoir trinquer», s’insurge-t-il sur Antenne Centre.

Et de proposer carrément la tenue d’un référendum: «soit on augmente l’IPP, soit on taille dans certains postes budgétaires, au choix des citoyens écaussinnois.»