FOOTBALL

«Qui est raciste?»: après sa une polémique, le Corriere dello Sport se défend et crie au «lynchage»

«Qui est raciste?»: après sa une polémique, le Corriere dello Sport se défend et crie au «lynchage»

© Twitter

Banni par deux clubs italiens et fustigé par Lukaku et Smalling, le Corriere dello Sport tente de se justifier au lendemain de la parution de sa une polémique, taxée de racisme.

Malgré la tempête, le Corriere dello Sport persiste et signe. Au lendemain de sa une polémique « Black Friday », le journal transalpin a choisi de se défendre au travers de sa une de ce vendredi. «Qui est raciste?», titre le quotidien sportif.

Mettant en avant leurs nombreux articles traitant du spectre du racisme, le Corriere dello Sport dément les accusations de racisme et se dit victime d’une campagne de «lynchage contre un journal qui a défendu la liberté et l’égalité pendant plus d’un siècle.»

Black Friday, pour ceux qui veulent et peuvent le comprendre, n’était qu’un moyen de louer la différence, la magnifique richesse de la différence.

Le rédacteur du journal a justifié le choix éditorial d’insister sur la couleur de peau de deux joueurs pour préfacer un match de football. «Black Friday, pour ceux qui veulent et peuvent le comprendre, n’était qu’un moyen de louer la différence, la magnifique richesse de la différence. Si vous ne comprenez pas cela, c’est parce que vous ne pouvez ou ne voulez pas. Le Black Friday est l’innocent titre d’un journal, le nôtre, qui, depuis près d’un siècle, défend avec passion et obstination les valeurs du sport. Et pourtant, il a été transformé en poison par ceux qui ont du poison en eux», a expliqué Ivan Zazzaroni.

Au bout d’un long article de deux pages où il se définit comme un ennemi du racisme et dénonce la «mauvaise foi des réseaux sociaux», le quotidien sportif évoque finalement Lukaku et Smalling. «Pour eux, nous sommes sincèrement désolés. Notre intention n’était pas de les blesser mais au contraire de les mettre en valeur. Et nous continuerons donc à combattre le racisme et l’ignorance.»

«Stupide», «mauvais», «insensible»: Lukaku et Smalling ont réagi

Toujours est-il que les deux principaux intéressés ne l’ont pas vu de la même manière. Jeudi soir, Romelu Lukaku et Chris Smalling ont exprimé leur colère et leur incompréhension vis-à-vis de cette couverture sur les réseaux sociaux.

Estimant que ce titre du Corriere dello Sport est «le plus stupide qu’il ait jamais vu de sa carrière», l’attaquant belge a regretté que le journal ne se concentre pas simplement sur «l’affrontement entre deux équipes».

«Vous ne faites qu’alimenter la négativité et le racisme ambiant. Au lieu de parler du beau jeu qui va se jouer à San Siro entre deux grands clubs. L’éducation est la clé et vous devriez faire un meilleur boulot que ça au Corriere dello Sport», a ajouté Big Rom.

De son côté, Smalling a regretté un événement «mauvais» et «insensible» alors qu’il aurait préféré «se concentrer uniquement sur le match».

«J’espère que les rédacteurs impliqués dans la publication de ce titre prendront leurs responsabilités et comprendront le pouvoir qu’ils ont à travers les mots et l’impact que ces mots peuvent avoir», a ajouté le défenseur anglais.

Le Corriere banni de l’AC Milan et de l’AS Rome... mais pas de l’Inter

Également choqués par l’affaire, l’AC Milan et l’AS Rome ont pris leurs responsabilités en bannissant le journal sportif italien jusqu’à la fin de l’année 2019. Les deux clubs phares de la Botte ont toutefois précisé qu’ils étaient «conscients que l’article du journal associé à ce titre contenait un message antiraciste, et c’est donc la raison pour laquelle l’interdiction s’éteindra en janvier.»

L’Inter Milan a, lui, jugé «totalement inacceptable une telle ignorance à propos du racisme» avant d’ajouter: «le football est passion, culture et fraternité. Nous sommes et serons toujours contre toute forme de discrimination». Le club lombard n’a toutefois pas décidé de suivre ses rivaux et n’a pas interdit l’accès à son centre sportif aux journalistes du Corriere dello Sport.