SAINT-GEORGES

Caméras dans l’école de St-Georges: deux ans de prison avec sursis pour l’ouvrier

Caméras dans l’école de St-Georges: deux ans de prison avec sursis pour l’ouvrier

L’ouvrier avait placé des caméras dans les vestiaires et les toilettes. ÉdA

Le tribunal correctionnel de Huy vient de condamner l’ancien ouvrier de l’école de Don Bosco, de St-Georges, à une peine de deux ans de prison avec sursis pour voyeurisme et de détention d’images pédopornographiques.

L’affaire avait fait grand bruit en mars dernier. Provoquant des mouvements d’inquiétude chez les parents des enfants scolarisés à l’école Don Bosco, de St-Georges. Son homme à tout faire, un quadragénaire apprécié de tous, était arrêté au terme d’'une enquête fédérale. Il était soupçonné d’avoir placé une caméra dans les vestiaires et les toilettes de l’établissement scolaire, mais aussi chez lui où il avait filmé sa fille. Les enquêteurs avaient trouvé des centaines de photos à caractère pédopornographique sur son ordinateur.

Le tribunal correctionnel de Huy a rendu son jugement ce matin. Il l’acquitte pour les préventions d’attentat à la pudeur sur une petite fille de 4 ans et demi. Par contre, il le déclare coupable de voyeurisme et de détention d’images pédopornographiques. Pour cela, il le condamne à une peine de deux ans de prison avec sursis probatoire de 5 ans pour ce qui excède la détention préventive. Au civil, l’ouvrier devra débourser 1€ à titre définitif pour sa femme, 1000€ définitifs pour sa fille et 2000€ pour l’ASBL Comité école libre pour atteinte à son honneur et à sa réputation.