PEPINSTER

Des moutons maltraités saisis… et des cadavres retrouvés dans une rivière

Ce jeudi, à Pepinster, 11 moutons en danger de mort saisis. Ils déambulaient entre des cadavres…

Un bien triste spectacle. Ce 5 décembre, l’intervention des policiers et d’un vétérinaire dépêché par le bourgmestre pepin a révélé la situation dramatique de moutons qui se trouvaient sur un terrain de la banlieue de la commune appartenant à une personne bien connue des services de police. «De nombreux cadavres étaient disséminés aux alentours de la propriété, certains étaient déjà en état de décomposition et d’autres avaient été jetés dans une rivière avoisinante. Les moutons encore en vie déambulaient entre les cadavres. De toute évidence, ils n’étaient pas nourris et n’avaient, apparemment, pour vocation que d’être revendus dans le cadre de l’abattage rituel. Il n’y avait aucune trace de nourriture ni de fourrage et les animaux étaient aussi privés de litière», indique dans un communiqué l’association Animaux en Péril, sollicitée – à l’image d’Animal Sans Toi… t, Le Rêve d’Aby et Equi’Chance – pour prendre en charge les survivants. Lesquels se trouvent dans un état sanitaire catastrophique. Le rapport vétérinaire fait état d’animaux cachectiques (fonte des graisses et des muscles) et leur toison est à ce point parasitée qu’elle dégage une odeur pestilentielle.

Un trafic commercial illégal

L’association poursuit: «Indépendamment des conditions de bien-être animal inacceptables, les deux tiers des brebis ne disposaient pas de boucle auriculaire, ce qui constitue une infraction à la législation sanitaire et qui prouve encore un peu plus l’illégalité dans laquelle s’exécutait le trafic des animaux. Pour rappel, en Région wallonne, l’abattage sans étourdissement est maintenant interdit et l’abattage traditionnel doit se pratiquer dans des abattoirs agréés. Seul l’abattage à domicile pour une consommation personnelle est autorisé par la loi. En aucun cas, les animaux tués au sein d’une propriété privée ne peuvent être vendus. Au regard du nombre d’animaux sur place, il est évident que le trafic se réalisait dans un cadre commercial.»

Dans un premier temps, les animaux ont été pris en charge et transportés par le refuge le plus proche: Animal Sans Toi..t. Ils seront ensuite dispatchés au sein des 3 refuges wallons: Animaux en Péril, Le Rêve d’Aby et Equi’Chance. Dès ce jeudi soir, ils bénéficieront de bonnes conditions d’hébergement et des meilleurs soins qui seront, espérons-le, salvateurs vu la météo des derniers jours que devaient affronter ces animaux extrêmement fragilisés. À l’embarquement, certains n’arrivaient pas à tenir debout… Un PV pour infraction au Code wallon du Bien-être animal a été dressé par la police.