Italie: des «sardines » contre l’extrême droite

Italie: des «sardines » contre l’extrême droite

Ils étaient plus de 40 000 «sardines» à s’être réunis à Florence pour protester contre l’extrême droite. AFP

Quatre jeunes Italiens sont à l’origine de grands rassemblements de «sardines». Leur but: lutter contre la montée de l’extrême droite dans le pays.

Depuis le 14 novembre, des milliers de personnes, surnommées les «sardines», se rassemblent sur les places de différentes villes d’Italie.

Que veulent les «sardines»?

Tout simplement, ces personnes manifestent pour stopper la progression de la Ligue, le parti politique d’extrême droite italien (parti raciste et centré sur son pays avant tout). Fin octobre, la Ligue remporte les élections régionales en Ombrie (région du centre de l’Italie). Un succès d’autant plus choquant que cela faisait plus de 50 ans que la région était dominée par des partis politiques à tendance sociale, tout l’inverse de l’extrême droite!

Face à la situation, quatre jeunes Italiens ont décidé de réagir. Le 26 janvier, des élections régionales auront lieu dans leur région, en Émilie-Romagne (nord de l’Italie). Cette région est également marquée par une culture sociale.

Les quatre jeunes ont ainsi peur de voir se produire en Émilie-Romagne ce qu’il s’est passé en Ombrie. Ils ont donc décidé de lancer un mouvement de rassemblement afin d’éveiller les consciences de la population et minimiser (réduire) la montée de l’extrême droite dans leur région ainsi que dans le pays.

Pourquoi les «sardines»?

Les personnes qui se rassemblent actuellement en Italie ont été surnommées les «sardines» en référence au mode de vie du poisson du même nom.

La sardine vit en bancs (en groupes). Tous les poissons d’un même banc nagent dans la même direction et sont proches les uns des autres. De loin, l’ensemble des poissons qui composent le banc ressemble à une masse unique et très liée.

Tous unis dans le but de réduire l’influence de l’extrême droite, c’est le message que veulent faire passer ces manifestants.

Un véritable succès

15 000 personnes à Bologne, plus de 40 000 à Florence, le mouvement des «sardines» rencontre de plus en plus de succès.

D’autres villes s’apprêtent également à suivre le pas, comme c’est le cas pour Rome, la capitale du pays.

Le sondage de la semaine