JUDICIAIRE

Catastrophe de Buizingen: la SNCB et Infrabel vont analyser le jugement avant un éventuel appel

Catastrophe de Buizingen: la SNCB et Infrabel vont analyser le jugement avant un éventuel appel

Bart Crols, porte-parole de la SNCB. BELGA

Condamnés à une amende de 550 000 euros en tant principaux responsables de la catastrophe ferroviaire de Buizingen, la SNCB et Infrabel vont analyser le jugement avant de faire appel.

«La chose la plus importante est qu’aujourd’hui, près de 10 ans après la catastrophe, une décision de justice a été rendue. Pour les victimes et leurs proches, c’est de la plus haute importance», a déclaré le porte-parole de la SNCB, Bart Crols, mardi, à l’issue du jugement prononcé par le tribunal de police de Bruxelles dans le dossier de la catastrophe ferroviaire de Buizingen.

«En tant que la SNCB, nous prenons note de ce jugement et nous l’étudierons en détail. Il est encore trop tôt pour faire une déclaration sur ce jugement. En attendant, nous continuons chaque jour à travailler avec Infrabel à l’amélioration de la sécurité ferroviaire en Belgique. C’est notre priorité absolue et nous le devons aux victimes et à nos voyageurs», a encore dit le porte-parole de la SNCB.

Le plus important est qu’aujourd’hui un verdict soit rendu.

Infrabel n’a pas souhaité commenter non plus directement le jugement rendu ce mardi. «Le plus important est qu’aujourd’hui un verdict soit rendu», a déclaré son porte-parole, Frédéric Petit. «Nous allons maintenant analyser ce jugement pour en déterminer la portée et voir quelles mesures peuvent être prises. En outre, nous nous engageons à améliorer quotidiennement la sécurité sur le réseau ferroviaire. Il existait déjà une forte culture de la sécurité sur le rail. Et après la catastrophe à Buizingen, nous avons déployé le système de freinage automatique à un rythme accéléré afin que tous les noeuds ferroviaires majeurs en soient équipés fin 2012. Le système de sécurité européen ECTS s’est également déployé progressivement. Pour le moment, 25% des voies en sont équipées. Toutes les voies le seront d’ici 2025», a-t-il dit.

SNCB et Infrabel jugés principaux responsables

Mardi, le tribunal de police de Bruxelles a établi que le grave accident ferroviaire de Buizingen, survenu le 15 février 2010 et ayant causé la mort de dix-neuf personnes, résultait d’une conjugaison d’erreurs dont les responsabilités les plus importantes reposent sur les épaules de l’opérateur du réseau de chemins de fer belge, la SNCB, et sur celles du gestionnaire du réseau, Infrabel. Les deux sociétés ont été condamnées à une amende pénale de 550.000 euros.

Quant au conducteur du train L, qui n’avait pas respecté sa trajectoire, le tribunal a estimé qu’il avait commis une faute d’inattention et, en cela, avait aussi une part de responsabilité, néanmoins plus minime.

Par ailleurs, le tribunal a appliqué le principe du décumul des responsabilités, soit le fait que la personne morale est seule condamnée s’il est établi qu’elle est celle qui a commis la faute la plus grave. En l’occurrence, la SNCB, employeur du conducteur de train, a une responsabilité plus importante que son employé. Le tribunal a donc prononcé une simple déclaration de culpabilité dans le chef du conducteur, mais pas de peine.