NAMUR

Le procès de Didier Beelaert, accusé de meurtre, a débuté

Le procès de Didier Beelaert, accusé de meurtre, a débuté

Image d’illustration. BELGA

Le procès de Didier Beelaert, accusé du meurtre de sa femme, Patricia Wuidart, le 25 février 2018 à Andenne, a débuté lundi devant la cour d’assises de Namur avec la lecture des actes d’accusation et de défense.

Le 25 février 2018 à 22h25, Didier Beelaert a appelé les secours pour signaler qu’il venait d’étrangler son épouse Patricia Wuidart et qu’elle était décédée. Les faits se sont déroulés dans un appartement situé au deuxième étage d’un immeuble à Andenne.

Les services de secours ont tenté de réanimer la victime, en vain. Didier Beelaert semblait très serein et a déclaré spontanément aux policiers qu’il avait étranglé Patricia car il en avait marre de l’alcoolisme de celle-ci. Il a été privé de liberté dans la foulée.

Dans sa première audition, Didier Beelaert a rapporté que ce jour-là, sa femme lui avait demandé à 9h00 du matin d’aller chercher deux bouteilles de vin et une d’apéritif. En rentrant vers 18h00, il s’est allongé à côté de sa femme, qui faisait une sieste. Elle s’est relevée car elle avait uriné dans le lit et est allée aux toilettes. Elle ne savait plus en sortir et a appelé son mari à de nombreuses reprises. Il s’y est rendu et l’a étranglée.

Après la lecture de l’acte d’accusation, la défense a pris la parole, mettant en exergue les aveux immédiats de son client. «Les faits sont limpides, il serait maladroit de les contester.» La défense estime qu’il «faut aujourd’hui se poser la question de la non-prise en charge de cet alcoolisme hors-normes et les refus d’aider Didier Beelaert malgré ses appels à l’aide. On n’a pas voulu ou pu lui apporter l’aide nécessaire».