Le vendredi au théâtre de L’Ancre, c’est jour de marché. Enfin, presque. En effet, depuis quelques semaines maintenant, le lieu culturel est une Ruche qui dit oui!

Une manière de permettre aux Carolos de consommer des produits frais et locaux comme des fruits, des légumes, de la viande, du fromage, du savon, des cookies, etc. Comme c’est le cas sur un marché traditionnel, tout est réuni en un seul endroit, à un point central de la ville. Seule différence: il s’agit de commander et de payer ses achats en ligne au préalable. Ensuite, vous venez les récupérer à L’Ancre et vous en profitez pour rencontrer les agriculteurs de la région en toute convivialité. Car un des objectifs de la Ruche qui dit oui est de soutenir l’agriculture locale en rémunérant correctement les producteurs. Véritable révolution sur un marché dominé par l’agro-industrie, ce système réunit consommateurs et agriculteurs autour d’une manière plus saine et plus juste de consommer. «Nous avons choisi des producteurs situés à moins de 40 km», déclare Alexandra Pirmez qui est une des deux responsables. Ce marché 2.0 a déjà conquis de nombreux habitants de la région puisque de nouveaux clients rejoignent la Ruche de Charleroi toutes les semaines. «Nous avons déjà des habitués qui viennent lors de chaque distribution.» À l’avenir, de nouveaux producteurs devraient rejoindre le réseau d’artisans déjà actifs dans le circuit court. «Actuellement, nous sommes toujours à la recherche d’un boulanger-artisan, d’un producteur de fromages de chèvre, d’un fabricant de produits d’entretien afin de compléter notre offre et de proposer tout ce qui compose le panier d’une famille», conclut Alexandra Pirmez.