Le samedi 23 novembre, c’était le coup d’envoi du Verger athois, un projet de verger citoyen collectif porté par Ath en Transition.

«Notre objectif est de profiter de terrains que la ville met à notre disposition pour planter des fruitiers.» Très concrètement, ces citoyens ont pris possession d’un terrain de deux hectares en bord de Dendre, à la sortie du centre d’Ath. Pas moins de 35 arbres vont pouvoir grandir, pousser et offrir leurs fruits. À terme, il devrait y en avoir une petite centaine. On y trouvera des pommes, des poires, des cerises, des prunes, etc. «On travaille avec une pépinière athoise. On recherche des variétés anciennes, indigènes, plutôt rustiques. Il y a des basses tiges, des demi-tiges et des hautes tiges.» Ces arbres seront chouchoutés et entretenus par les citoyens, membres de Ath en transition, mais la porte est ouverte à tout le monde. Le but est bien sûr d’agrandir ce cercle pour pouvoir cultiver plusieurs terres à travers Ath. «On n’utilise pas de produits chimiques, pas de pesticides pour ce verger, c’est évident. Les variétés que nous mettons permettent d’imaginer des récoltes sans apport artificiel.» Ce verger sera ouvert à tout le monde. Et n’importe qui pourra y aller pour cueillir des fruits. «Ce projet, on le porte en tant que citoyen impliqué. Il sera accessible à tous, c’est le même principe que le potager collectif partagé. Celui qui veut venir nous aider à l’entretenir, à cueillir, à arroser est aussi le bienvenu.» Derrière ce verger athois, Ath en transition cherche à sensibiliser sur l’importance de la biodiversité, mais pas seulement. «On veut montrer aussi l’importance de créer du lien entre nous. Créer du lien social autour d’une idée commune.»

Le verger athois, en bord de Dendre, à Ath www.athentransition.be