BRUXELLES

Budget en équilibre à la Ville: la majorité PS-Ecolo-DéFi en selle pour son projet de législature

Budget en équilibre à la Ville: la majorité PS-Ecolo-DéFi en selle pour son projet de législature

Les échevins verts, rouges et amarante présentent un budget à l’équilibre. EdA - Julien RENSONNET

Le budget de la Ville de Bruxelles sera pour la 16e fois d’affilée en équilibre. Les dépenses augmentent mais les rentrées aussi, «sans nouvelles taxes». Voilà où ira l’argent et d’où viennent les recettes.

La majorité socialiste-écologiste et DéFI de la Ville de Bruxelles proposera dans dix jours au conseil communal, un projet de budget 2020 pour la seizième fois de rang en équilibre. Contrairement à celui de l’année en cours, élaboré après les élections locales, il permettra de mettre en œuvre les nouveaux choix d’investissements de la Ville pour répondre aux défis sociaux et climatiques, ont annoncé le bourgmestre Philippe Close (PS) et les chefs de file de la majorité: Benoît Hellings (Écolo), Bart Dhondt (Groen), Fabian Maingain (DéFI) et Ans Persoons (Change.brussels-sp.a).

Au budget ordinaire, les dépenses (852,6 millions d’euros) augmentent de 2,3%. Cela s’explique entre autres par une augmentation limitée des frais de personnel liée à des embauches au profit de services de proximité à la population.

Le personnel d’accueil des 0-18 ans dans les crèches et les écoles est ainsi en augmentation, en lien direct avec l’ouverture de nouvelles écoles.

Les dépenses de transfert vers la police et le CPAS (31,7% du total) augmentent également. La hausse est de 2,7% en ce qui concerne le CPAS (en tout 76 millions), un choix délibéré, lié à la hausse des demandes d’allocations, mais aussi de l’indexation et du coût des pensions.

Selon Philippe Close, les frais de fonctionnement augmentent de 3,9% mais conservent une faible part dans la masse totale (12,1%).

Les recettes courantes augmentent aussi de 2,3% sans taxe nouvelle. La progression de la marge de manœuvre est essentiellement liée à la hausse des recettes du précompte immobilier résultant de l’activité observée dans ce secteur. On prévoit une hausse de tarifs de certaines sanctions administratives, notamment en matière de propreté publique. L’entrée en fonction d’une nouvelle «scan car» devrait en outre produire des recettes de stationnement plus élevées.

Budget extraordinaire

C’est au budget extraordinaire que la majorité mettra les bouchées doubles: 200 millions d’euros, compensés à hauteur de 51,5 millions par des subsides surtout régionaux, pour engager les investissements liés à son programme d’aménagement de l’espace public, de lutte contre le dérèglement climatique et d’équipements collectifs dans les quartiers.

Un quart des moyens débloqués iront vers des projets d’infrastructures scolaires francophones et néerlandophones. Cinq millions d’euros seront consacrés à la poursuite de l’isolation de logements sociaux. La Ville consacrera ainsi, d’ici 2024, une enveloppe de 37 millions d’euros pour améliorer la qualité énergétique des logements sociaux. Elle améliorera également l’isolation de ses propres bâtiments.

En matière de mobilité, le budget permettra la concrétisation duplan véloet des nouvelles infrastructures cyclables.

La Ville injectera encore 22,5 millions d’euros dans le renouvellement de son infrastructure informatique et la transition numérique.