SÉCURITÉ ROUTIÈRE

Trop de seniors meurent sur les routes de Wallonie picarde

Trop de seniors meurent sur les routes de Wallonie picarde

Une majorité de victimes étaient des usagers faibles, piétons ou cyclistes. Photo News

Les route hennuyères ont été plus meurtrières ces derniers mois. Les plus de 65 ans sont particulièrement concernés en Wapi. La députée tournaisienne Ludivine Dedonder a interrogé le ministre de la Mobilité, François Bellot, à ce propos.

Nous avons diffusé, le 27 novembre dernier, les chiffres de l’institut VIAS concernant le nombre de tués sur les routes du Hainaut au cours des neuf premiers mois de l’année 2019 par rapport à la même période en 2018 (63 contre 52). L’augmentation du nombre de tués est interpellante alors que, dans le même temps, le nombre d’accidents a été revu à la baisse.

À l’heure où VIAS sortait ses statistiques, la députée tournaisienne Ludivine Dedonder interrogeait le ministre de la mobilité François Bellot afin de connaître la part qu’occupent les séniors, et plus spécifiquement en Wallonie Picarde, dans ce triste constat.

On boit plus en Wapi que dans les autres régions du pays

En 2018, en Wapi, on a dénombré 4 tués et 133 blessés. La Wallonie picarde compte donc 3% de toutes les victimes parmi les seniors de Belgique, selon les chiffres de VIAS.

«J’imagine que la hausse des victimes seniors dans un accident de la circulation s’explique par le vieillissement de la population. La part des seniors dans la population augmente et, par conséquent, ils sont davantage présents dans le trafic mais avez-vous connaissance de causes d’accident différentes par région?» a questionné Ludivine Dedonder.

Trop de seniors meurent sur les routes de Wallonie picarde
La problématique des seniors tient à cœur à la députée Ludivine Dedonder qui avait le 3e âge dans ses compétences lorsqu’elle était échevine à Tournai. EdA

Mais on marche plus et on roule plus à vélo aussi…

«Il apparaît que le nombre de seniors sous l’affluence de l’alcool victimes d’un accident de la route est plus élevé en Wallonie picarde que dans l’ensemble de la Wallonie et de la Flandre. En Wallonie picarde, il y a aussi une part un peu plus importante de seniors piétons et cyclistes victimes par rapport à la moyenne wallonne» a indiqué le Ministre.

Un peu plus d’un quart (26,3%) des victimes en Wapi étaient des piétons (moyenne wallonne: 20,3%), 13,5% étaient à bicyclette (moyenne wallonne: 7,4%), 54,1% étaient en voiture (moyenne wallonne: 63,3%), 3% étaient à mobylette (moyenne wallonne: 3,7%) et 1,5% des victimes, en Wapi toujours, étaient à cyclomoteur (moyenne wallonne: 1,8%).

Une autoroute à vélos sécurisée d’ici 2022, entr’autres…

«Des constats qui doivent sensibiliser nos zones de police et nos communes à renforcer les mesures de prévention et à investir davantage encore dans la protection des piétons et des cyclistes. Cela étant, je suis bien consciente que la plupart des communes ont la volonté d’avancer en ce sens mais elles manquent cruellement de moyens financiers pour mettre en place l’ensemble de ces aménagements. Une augmentation de la dotation des communes serait la bienvenue!», a conclu Ludivine Dedonder.

Rappelons que, du côté du Gouvernement wallon cette fois, la volonté est de «doubler l’usage du vélo d’ici 2024 et le multiplier par 5 d’ici 2030». Tout proposant des itinéraires sécurisés. En ce dernier domaine, on a notamment évoqué la création d’une «autoroute à vélos» d’ici 2022. La prise en compte du vélo sera par ailleurs systématique à l’occasion des travaux d’aménagement, de réfection ou d’entretien des voiries. Sous la prochaine législature, la nouvelle majorité wallonne promet ainsi de dépenser 20 euros par habitant par an pour le développement du vélo, soit 70 millions par an. Mais cela sera-t- il suffisant pour rattraper le retard engrangé par la Wallonie en ce domaine?


Nos dernières videos