AUDERGHEM

Les Auderghemois favorables à 84% à la reconfiguration du viaduc Herrmann-Debroux: oui, mais...

Quand le viaduc Herrmann-Debroux tombera, ça sera avec la bénédiction des Auderghemois. Mais ces derniers craignent solutions de mobilité en demi-teinte, gabarits trop élevés et manque d’espaces verts. C’est ce que la commune d’Auderghem transmet dans son avis sur le PAD.

Le viaduc Herrmann-Debroux devrait connaître le même destin que celui de Reyers: la démolition. Mais que faire d’un quartier aujourd’hui coupé en deux par l’embouchure de l’autoroute E411? C’est l’objet du PAD Herrmann-Debroux, à propos duquel la commune d’Auderghem, concernée au premier chef, a rendu son avis officiel ce 28 novembre.

Pour ce faire, Auderghem a consulté ses citoyens. 2700 d’entre eux ont ausculté le projet sur le site de la commune et 544 ont rempli le formulaire de réaction. Associations et comités de quartier ont aussi été consultés. Ces remarques sont additionnées à celles des services communaux dans l’avis remis à la Région bruxelloise avant la fin de l’enquête publique qui dure jusqu’au 9 décembre 2019.

Auderghem le rappelle: «la commune plaide depuis le début des années 2000, pour le remplacement du viaduc Herrmann-Debroux par un boulevard urbain et pour la mise en place d’une offre de mobilité alternative crédible». C’est donc sans surprise que la commune rend un avis positif au PAD, «soutenu par 84% des répondants». Ceux-ci sont en outre près de 80% à estimer «pertinente» la réduction du nombre de voitures entrant à Auderghem. Ils soulignent ainsi que le PAD n’ira pas sans une amélioration des solutions de mobilité, solutions envisagées qu’ils cotent aujourd’hui d’un «peut mieux faire» (soit 6,34/10).

Oui, mais

Ainsi, ce feu vert ne va pas sans quelques réserves. Qui font l’objet de plusieurs demandes «officielles». Celles de «maintenir l’option d’une prolongation du métro vers l’Adeps», «maintenir l’option d’une implantation du boulevard côté Carrefour plutôt que Pinoy», «réduire les gabarits», «augmenter la surface des parcs publics et singulièrement celle du parc du site Demey de manière à pérenniser les jardins collectifs de la rue de la Vignette», «répondre à toutes les questions et recommandations du rapport d’incidences environnementales». Enfin, l’avis communal souhaite voir le développement des sites à venir «à la mise en œuvre des solutions de mobilité et du boulevard urbain».

Le Bourgmestre et Ministre sortant Didier Gosuin (DéFi) ne fait pas mystère de son espoir de voir le viaduc tomber. Il est rejoint dans sa vision par son échevin Alain Lefebvre (DéFi). «Les Auderghemois sont, dans leur grande majorité, très enthousiastes», notent les édiles. «Mais ils ont aussi des craintes légitimes. Ils ont raison quand ils disent que le métro est la meilleure solution. Ils ont raison quand ils s’inquiètent de la hauteur des gabarits. Ils ont raison quand ils demandent plus d’espaces verts. Parce que c’est cela aussi la ville de demain. À la Région maintenant d’être cohérente et de les écouter».