TOURNAI

Des ouvriers d’ORES tombent sur des ossements humains à Tournai

Mardi, des ouvriers travaillant pour le compte d’ORES au pied de l’église Saint-Jacques à Tournai sont tombés sur des ossements humains. Lesquels devaient vraisemblablement être enfouis dans le sol depuis très longtemps...

Mardi, des ossements humains ont été mis au jour par les ouvriers d’ORES au pied de l’église Saint-Jacques, à Tournai. Les forces de l’ordre ont été prévenues et des archéologues mandés sur place.

«Nous pourrions faire appel à un médecin légiste si nous devions impérativement déterminer les causes du décès», nous expliquait mercredi le procureur du roi de la division de Tournai, Éric Delhaye. Mais, dans le cas d’espèce, cela ne sera sans doute pas nécessaire. Tout permet de penser que les os mis au jour sont ceux d’une seule et même personne. Il appartiendra aux archéologues de fixer l’âge de ces os qui sont vraisemblablement très anciens. Il faut savoir en effet qu’un cimetière entourait jadis l’église Saint-Jacques comme c’était le cas autour de la plupart des édifices religieux. Celui-ci a existé jusqu’en 1784, soit jusqu’à ce que l’empereur Joseph II promulgue, le 26 juin de cette année-là, un édit interdisant l’inhumation dans les églises, ainsi que les enterrements à l’intérieur des villes et des villages, et obligeant la création de cimetières à l’extérieur des zones habitées.

Seuls quelques villages «oubliés» échappèrent à cette règle.