BRUXELLES

3,809 milliards d’euros mais la dette de la Région bruxelloise reste «supportable»

3,809 milliards d’euros mais la dette de la Région bruxelloise reste «supportable»

(Illustration) BELGA

La charge de la dette de la Région bruxelloise en intérêts est supportable. Elle n’est donc pas «sous-estimée», malgré ce que la Cour des Comptes avait annoncé.

La charge de la dette de la Région bruxelloise en intérêts, actuelle et future, est supportable, est-il ressorti des explications détaillées de l’évolution de celle-ci fournies lundi par le département de gestion de la dette de l’administration régionale aux membres de la commission des Finances du parlement bruxellois.

Ceux-ci sont entrés dans le vif de l’examen du projet de budget régional initial pour l’année à venir.

Au début du mois de novembre, la Cour des Comptes avait indiqué que les comptes de l’année 2018 de la Région bruxelloise sous-estimaient le poids de la dette de l’année dernière.

Mais si l’on en croit l’administration régionale, lundi, il n’y a pas de crainte à avoir sur l’évolution de la dette régionale.

«Pas de dérapage de la dette directe lié à un autre facteur»

Selon Dominique Outers, représentant de l’administration régionale des Finances, celle-ci prévoit un encours de la dette directe (ndlr: montant total des emprunts) de 3,809 milliards d’euros au 31 décembre prochain, contre 3,365 milliards d’euros au 31 décembre 2018, soit une augmentation de près de 445 millions d’euros. L’encours de dette au 31 décembre 2019 intègre, selon lui, 100% la réalisation effective des investissements stratégiques 2019 (460 millions euros). Il n’y aurait donc «pas de dérapage de la dette directe lié à un autre facteur».

Au 31 décembre prochain, l’administration régionale des Finances prévoit en outre que 95,52% des emprunts seront à taux fixe; 4,48% à taux variable. On prévoit aussi une diminution d’un demi-pourcent du coût moyen du portefeuille d’emprunts en 2019 (2,41% contre 2,96% pour 2018).

M. Outers a par ailleurs rappelé que de 2012 à 2016 inclus, la Région bruxelloise, contrairement aux autres Régions et au Fédéral avait réellement amorti sa dette directe faisant passer l’encours de 3,146 milliards à 2,688 milliards (moins 542 millions euros de la dette).

L’ajustement du budget 2019 prévoit une charge nette de 102,36 millions euros en intérêts qui représente 2,0% du budget des dépenses du Service Public de la Région Bruxelloise (SPRB).

En 2020, la charge d’intérêt nette sera de 118,76 millions et représentera 2,3% du budget des dépenses du SPRB.

Avec une trajectoire de 500 millions de déficit annuel jusqu’en 2024 inclus (ndlr pour les investissements stratégiques de mobilité et de sécurité) poussant le total de la dette directe fin 2024 à un montant de 6,6 milliards euros, la charge d’intérêt nette sera de 211,48 millions euros (3,9% du budget des dépenses SPRB).

«Nous pouvons considérer dès lors que la charge de la dette en intérêt, actuelle et future, est supportable. Les charges en amortissement de la dette sont stabilisées à 220 millions euros maximum grâce à un excellent lissage du plan d’amortissement de la dette directe», a commenté Dominique Outers.