GANSHOREN

Pierre Kompany, fils d’un chef de tribu devenu Bourgmestre, se raconte en livre: «connu jusqu’au Japon et en Mongolie»

Pierre Kompany, fils d’un chef de tribu devenu Bourgmestre, se raconte en livre: «connu jusqu’au Japon et en Mongolie»

Pierre Kompany a commencé par des petits boulots en Belgique. BELGAONTHESPOT

Le parcours atypique de Pierre Kompany, premier bourgmestre noir de Belgique, est désormais mis en récit à la première personne dans un livre. Ce fils d’un chef de tribu de Bukavu y raconte son destin où le foot a toujours été présent.

Le parcours atypique de Pierre Kompany, premier député-bourgmestre noir de Belgique, est désormais mis en récit à la première personne, dans un livre rédigé par sa collaboratrice, Isabelle Verlinden et édité par les éditions Luc Pire. Il est question de politique, mais pas uniquement sous l’angle du vécu de Kompany à Bruxelles et à Ganshoren.

La première partie de l’ouvrage, s’attarde sur les premières années de la vie de Pierre Kompany, né au Congo dans la Région de Bukavu, fils d’un chef de tribu, dans le district de Kabeya Kamwanga (Kasaï Oriental). Elle fait apparaître l’émergence d’une conscience politique à la suite de l’indépendance de son pays d’origine et les aspirations du monde estudiantin congolais à plus de considération sous le régime naissant du président Mobutu.

La fuite plusieurs fois

Pierre Kompany connaîtra la fuite à plusieurs reprises. Une première fois, juste avant l’indépendance, lorsque la tribu des Luba à laquelle sa famille appartient, doit partir au profit d’une autre. Le camion qui transporte les biens de la famille prend feu.

Pierre Kompany concède vivre quant à lui ces événements dans une certaine insouciance, grâce à l’esprit protecteur de son entourage familial.

À l’université de Lovanium, il fait partie des étudiants qui réfléchissent à jeter les bases d’une association capable d’éveiller chez les étudiants une conscience nationale et un sens élevé des responsabilités.

Il prend part à la manifestation pacifiste des étudiants de Kinshasa destinée à améliorer l’ordinaire des ceux d’entre eux qui sont les moins nantis et à protester contre l’évolution de plus en plus totalitaire du pouvoir qui tirera à balles réelles. Il prend la fuite. Deux ans après, il est emprisonné durant treize mois, au terme d’une manifestation en commémoration des victimes de la manifestation de Kinshasa.

Médaille d’or des inventeurs

Il arrive en Belgique en 1975, où il vit d’abord de petits boulots, dans la clandestinité. Il reprend ensuite des études d’ingénieur industriel et décroche son diplôme, avant d’empocher une médaille d’or au salon des inventeurs.

Dès les premières années de son existence, le football est omniprésent dans la vie du père du Diable Rouge Vincent Kompany, d’abord dans les rues, ensuite lors de matches entre villages.

La famille occupe également une large place dans l’ouvrage dont la gestation est venue de l’intérêt que son accession au maïorat de Ganshoren a suscité «jusqu’au Japon et en Mongolie».

Le député-bourgmestre de Ganshoren était d’ailleurs entouré de plusieurs membres de sa famille au moment de la présentation du livre. Parmi ceux-ci, son fils aîné, Vincent a fait une brève apparition au moment de la session photos.

Pierre Kompany, fils d’un chef de tribu devenu Bourgmestre, se raconte en livre: «connu jusqu’au Japon et en Mongolie»
Pierre Kompany a été rejoint par Vincent pour la présentation de son livre. BELGAONTHESPOT