BASKET | P2B HOMMES

PHOTOS | Belgrade, source d'inspiration pour Beez ?

Après les quatre premières journées, Beez était la seule équipe invaincue. Elle signait ainsi un sans-faute très intéressant qui incitait déjà certains à la placer candidate au titre.

Ensuite, les mêmes Beezois s’inclinaient de manière inattendue contre des Natoyens sans grande référence. Une deuxième défaite à Maillen a freiné leur allure en tête. La vérité est que Beez n’est pas le seul candidat au titre. En principe, Fraire est le grand favori mais Belgrade effectue également un parcours qui lui donne un statut de prétendant. Il va sans dire que la rencontre entre Beez et Belgrade, tous deux à égalité de points, était déterminante pour la suite de la saison.

David Marchal explique ce qui n’avait pas fonctionné (47-59). «C’était un chassé-croisé où nous avons rendu coup pour coup mais sans pouvoir se dégager de l’étreinte adverse. Malgré divers systèmes défensifs, Belgrade parvenait souvent à trouver la parade. Avec autant d’intensité, nous devions être meilleurs mais certains ont paniqué face à une équipe plus expérimentée.» Le coach a prêté main-forte à ses troupes en montant sur le terrain mais sans succès probant. «J’ai toujours cette envie de jouer, et s’il m’est difficile d’allier les deux fonctions, j’assume volontiers.»

Stéphane Plumier, le coach belgradois, salue la victoire de ses troupes quand bien même il constate que la manière faisait défaut. «Focalisés par un jeu ultra-défensif, les joueurs n’ont pas offert un très beau spectacle. On se contentera des 3 points qui nous maintiennent toujours en bonne position à une longueur du leader frairois. L’équipe est méritante et tout le monde coopère à la formation d’un collectif.»

Belgrade peut prétendre à d’autres succès mais les Beezois n’ont pas dit leur dernier mot. L’ailier Florent Seidoff s’attendait à ce genre de rencontre. «Nous sommes déçus, c’est certain mais la défaite ne met pas fin à nos espoirs. Nos absences défensives dans le troisième quart-temps sont peut-être un tournant de la rencontre mais les 30 pertes de balle ont contribué pour une bonne part à notre défaite. On tente le tout pour tout et, en se montrant plus agressif, on revient dans le sillage de l’adversaire mais sans jamais recoller. Avec David comme coach, nous montons en puissance et nous allons essayer de tenir le coup. Notre prochain match, c’est un déplacement à Fraire. Comme Belgrade l’a fait, pourquoi ne pas réaliser un exploit chez le leader?»