BELGIQUE

Il se fait photographier faisant le salut nazi au Fort de Breendonk

Il se fait photographier faisant le salut nazi au Fort de Breendonk

ÉdA

Un membre de la section flamande du groupe d’extrême droite Right Wing Resistance, s’est fait photographier faisant le salut nazi au cours d’une visite en août au Fort de Breendonk.

Right Wing Resistance, dont l’aile flamande a récemment vu le jour, avait visité avec plusieurs membres et sympathisants ce fort que les nazis ont exploité comme camp de concentration durant la Deuxième Guerre mondiale. C’est aujourd’hui un lieu de mémoire de l’horreur nazie et de l’univers concentrationnaire.

On peut apercevoir sur une photo un individu effectuant le salut hitlérien dans le ‘casino’, une salle du camp qui servait de réfectoire aux nazis.

Le centre pour l’égalité des chances, Unia, va enquêter sur ce geste, rapportent samedi De Morgen et la VRT.

L’homme, G. V., est issu d’une famille soutenant le Vlaams Belang, selon les recherches du Morgen et de la VRT. Lui-même ne détiendrait toutefois aucun mandat au sein de la formation d’extrême droite. Il aurait régulièrement été vu au cours d’événements du parti.

«C’est une gifle au visage des victimes et de leurs proches. La moitié des personnes déportées ici n’ont pas survécu à la guerre», a commenté le conservateur du Fort, Dimitri Roden.

«Poster intentionnellement un salut nazi sur les réseaux sociaux est punissable», ajoute un membre d’Unia. «Nous allons étudier ce cas.»

Vlaams Belang tente de prendre ses distances

Le président du Vlaams Belang Tom Van Grieken et le député Dries Van Langenhove ont pris leurs distances du groupe d’extrême droite Right Wing Resistance et de l’homme aperçu sur une photo en train de faire le salut hitlérien lors d’une visite au Fort de Breendonk.

«Le même petit groupe d’idiots dont le Vlaams Belang s’est distancié à plusieurs reprises par le passé», a commenté Tom Van Grieken sur Twitter. Il renvoie à un article indiquant que le parti prenait ses distances à l’égard d’un mouvement d’extrême droite qui avait manifesté en septembre à Bruxelles.

Dries Van Langenhove a de son côté pointé une énième opération dégradante des médias, qui évoque son nom dans cette affaire de salut nazi. «Malgré le fait que je ne connaisse pas ces gens et qu’ils ne sont pas membres du Vlaams Belang ni de Schild en Vrienden, mon nom est mentionné pas moins de quatre fois dans cet article.»

Pourtant, De Morgen publie sur son site internet une photo sur laquelle Dries Van Langenhove, au cours d’un congrès du parti, pose avec l’homme auteur du geste controversé à Breendonk. Ce dernier n’aurait aucun mandat au sein de la formation d’extrême droite, mais manque rarement les manifestations du Belang.

Dries Van Langenhove a fini par dénoncer l’acte sur Twitter. «Un tel comportement est moralement condamnable. Il faut être sérieusement perturbé pour faire de telles choses et encore plus dérangé pour prendre une photo de ce geste et de la poster sur Facebook», indique-t-il avant d’adresser une nouvelle pique aux médias.

Après les faits de Breendonk et l’incendie d’un futur centre d’asile à Bilzen, le sp.a, dans l’opposition en Flandre, a de son côté demandé à la présidente du parlement flamand, Liesbeth Homans (N-VA), d’à nouveau réunir la commission de lutte contre la radicalisation violente.

Nos dernières videos