MOUSCRON

Après avoir percuté deux personnes, il fait croire à un car-jacking

Un homme de nationalité française a percuté, ce samedi matin, une dame de 59 ans et sa fille. Ivre, il a continué sa route avec l’une des victimes coincées sur le capot. Avant d’être interpellé, il a fait croire qu’il avait été victime d’un car-jacking, et qu’il n’était donc pas au volant de son véhicule.

Un dramatique accident a ému toute la ville de Mouscron ce samedi. Un peu avant 6 heures du matin, une femme de 59 ans et sa fille ont été violemment percutées sur le passage à piéton au carrefour de la rue Saint-Pierre et de la rue Alois Den Reep. Et cela, sous les yeux d’une autre dame et d’un petit garçon.

Poursuivi pour une tentative d’homicide?

Sous le choc, la première victime, âgée d’une trentaine d’années, a été projetée sur la gauche de la route. Elle est grièvement blessée. La quinquagénaire a quant à elle été traînée sur toute la longueur de la rue Alois Den Reep, soit plusieurs centaines de mètres. Projetée, elle est restée coincée sur le capot du véhicule qui continuait à rouler à très vive allure. Transférée à l’hôpital de Courtrai, ses jours sont en danger. «À hauteur du rond-point de la rue Aloïs Den Reep et de la rue du Luxembourg, le conducteur a fait une manœuvre qui, au vu des images de vidéosurveillance, nous laisse penser qu’il avait la volonté d’éjecter et de se débarrasser de la victime afin de poursuivre sa route, explique le substitut du procureur du roi, M. Parent. Cette manœuvre pourrait lui valoir, en plus des faits de coups et blessures involontaires et de non-assistance à personne en danger, des poursuites sous le chef de tentative de meurtre.»

En état d’ivresse

Après avoir percuté deux personnes, il fait croire à un car-jacking
La police à la Martinoire, là où le véhicule a stoppé sa course folle. EdA
Le conducteur a poursuivi sa route à travers la ville de Mouscron, jusqu’à la Martinoire. «Dans sa fuite, il a légèrement percuté un poteau électrique et il a ensuite perdu le contrôle de son véhicule, précise M. Parent. Il s’est retrouvé dans le fossé, et pour une raison indéterminée, son véhicule s’est embrasé.» Il a continué sa route à pied. Quelques minutes plus tard, une patrouille de la police de Mouscron a interpellé l’individu, un Français d’une trentaine d’années, qui était en état d’imprégnation alcoolique.

Un autre élément se révèle particulièrement interpellant dans cette affaire. Le propriétaire du véhicule - qui se révèle être la même personne que le chauffard - avait signalé à la police avoir été victime d’un car-jacking. Il contestait ainsi être au volant de la voiture au moment de l’accident. Et pour effacer les traces de la collision, il aurait bouté le feu à sa voiture. Face aux éléments à disposition des enquêteurs, et des images de vidéosurveillance, il se pourrait que l’homme soit revenu sur ses premières déclarations.

Privé de liberté, le chauffard sera présenté, ce dimanche, à la juge d’instruction Christine Dierick.