EMPLOI

Accord social au sein du call center IPG Contact Solutions

Accord social au sein du call center IPG Contact Solutions

Illustration. Photo News

Direction et syndicats du call center IPG Contact Solutions ont abouti à un accord sur un plan social de licenciement collectif après la perte d’un contrat avec Proximus.

Il était originellement question de la perte de 96 emplois mais un nombre encore inconnu d’entre eux pourra garder leur travail grâce à des solutions de mobilité interne à l’entreprise.

La direction avait lancé un appel aux départs volontaires, auquel environ 20 employés ont souscrit jusqu’à présent. Dans un mois, la direction annoncera le nom des collaborateurs qui seront licenciés. Leur nombre est toujours incertain mais le secrétaire syndical Robert Veekman (LBC/CNE) s’attend à ce la direction propose à une quinzaine d’entre eux un autre emploi en interne.

Vu la situation précaire du secteur des centres d’appels, le syndicaliste se dit satisfait du résultat des négociations. «En plus des primes légales, nous avons réussi à obtenir des suppléments pendant les négociations, tant pour ceux qui ont été licenciés que pour ceux qui partiront de leur plein gré. Ceux-ci comprennent une prime d’ancienneté, un outplacement et un budget de formation.»

IPG Contact Solutions est l’un des plus importants centres d’appels du pays. Environ 1.600 personnes travaillent pour cette entreprise en Belgique sur différents sites, notamment à Bruxelles, Hasselt, Anvers, Liège et Louvain. En début d’année, l’opérateur télécom Proximus avait annoncé son intention de recourir à des centres d’appels externes situés à l’étranger, ce qui n’est pas inhabituel dans le secteur.