BRUXELLES

Pimp My Street: 4 pop-up stores animeront l’Îlot Sacré jusqu’au 24 décembre

Pimp My Street: 4 pop-up stores animeront l’Îlot Sacré jusqu’au 24 décembre

Quatre magasins éphémères se sont installés dans la rue des Dominicains. Uptown Design

L’événement ‘Pimp My Street’a été lancé jeudi midi dans le quartier de l’Îlot Sacré, dans le centre de Bruxelles. Dans ce cadre, de jeunes créateurs et entrepreneurs présenteront leurs produits et projets au sein de quatre pop-up store jusqu’au 24 décembre prochain.

Cela fait maintenant deux ans que la Ville de Bruxelles œuvre au relifting des allées du quartier de l’Îlot Sacré, situé au cœur de la zone Unesco. Les autorités ont fait procéder à la rénovation des voiries et des façades ou encore à l’harmonisation du mobilier urbain. Des changements dans les enseignes se sont opérées, avec notamment l’ouverture d’une boutique Dandoy, de l’incubateur-horeca de Hub. Brussels Kokotte ou encore de la boutique-manifeste du styliste Jean-Paul Lespagnard Extra-Ordinaire.

«Le quartier de l’Îlot Sacré termine sa mutation», explique Fabian Maingain, échevin en charge des Affaires économiques. «Dans l’intervalle, il était important pour moi de soutenir la dynamique commerciale durant les fêtes de fin d’année et de travailler sur les surfaces actuellement vides à cause des travaux. C’est pourquoi Pimp My Street vient animer, via ces pop-ups, ce quartier historique de Bruxelles en y amenant un autre type de commerce que de l’horeca».

Quatre magasins éphémères se sont installés dans la rue des Dominicains. Le premier est dédié à la marque belge de meubles Kwelox. L’animation du second espace est confiée à une série de jeunes créateurs. La marque belge Little Vintage Lovers, axée sur le mobilier des années 50-60 et sur la décoration, installera également ses quartiers dans la rue des Dominicains. Le dernier pop-up store sera occupé par les street artistes Juan Pablo de Ayguavives alias Popay, Samuel Martial, Popof et François Betting.

Des collaborations seront également organisées avec LE/[CLOITRE], un laboratoire artistique implanté dans la rue des Dominicains. Par ailleurs, la styliste florale Caroline Lumia a orné les câbles électriques de la rue de ses créations et de grandes affiches retracent l’historique de certaines rues du quartier.

Pimp My Street avait déjà investi la rue des Éperonniers fin septembre de l’année dernière.