BELGODYSSÉE 2019 | HANNA SCHEVENELS (CANDIDATE 5/7)

Stop aux emballages plastiques: des boîtes pour dire non au CO2

Réduire l’empreinte écologique due au surconditionnement, c’est le but des boîtes Tiffin. Le concept? Des contenants en inox réutilisables à l’infini pour remplacer les emballages de l’Horeca. Plusieurs acteurs bruxellois s’engagent, dont l’école nationale supérieure de La Cambre.

Hanna Schevenels

Avant de lire

Chaque semaine durant deux mois, un(e) jeune journaliste sélectionné(e) pour le concours Belgodyssée propose un reportage sur les initiatives positives pour lutter contre le réchauffement climatique. Pour cette cinquième semaine: Hanna Schevenels.

Lutter contre le réchauffement climatique grâce à des boîtes en inox, voilà le défi que Violaine Dupuis s’est lancé. Après avoir travaillé dans le renouvelable durant plusieurs années, cette Bruxelloise engagée lance l’initiative Tiffin. Ses ambitions: répondre à une urgence et une demande des restaurateurs Bruxellois. «J’avais envie de mettre en place un projet concret qui avait du sens. Le secteur Horeca produit énormément de déchets, dont presque la moitié est issue des emballages». À partir de ce constat, Violaine Dupuis conçoit des contenants ronds en inox qui permettent d’emporter des plats commandés au comptoir des restaurants. Le projet démarre, plusieurs établissements rejoignent le mouvement et les boîtes rentrent dans les habitudes des clients.

Nouveaux comportements dans les restaurants

La fondatrice du concept reconnaît qu’utiliser une boîte Tiffin, «ce n’est pas un comportement automatique». Dans les établissements partenaires, les gérants ont perçu l’urgence et mettent tout en œuvre pour que cela fonctionne. Lorsque l’on pousse la porte du restaurant God save the cream à Bruxelles, les récipients en inox sont mis en évidence. Selon le responsable de salle, «C’est vital de réduire les déchets, surtout si on veut faire de la vente à emporter de manière durable». Avec les boîtes Tiffin, ils désirent permettre aux gens d’utiliser des contenants réutilisables facilement.

Les clients suivent le pas: chez Mica Food, la gérante nous livre qu’«une personne sur trois vient avec sa boîte Tiffin». Une opération gagnant-gagnant, puisqu’en plus de réduire leurs empreintes écologiques, emporter son contenant Tiffin dans un restaurant permet aux consommateurs d’économiser 5% sur le prix de leurs commandes. Les récipients plaisent: «La boîte est hermétique, esthétique et pratique, je l’emporte avec moi tous les jours dans mon sac à dos.». Même si beaucoup de restaurateurs souhaitent que davantage de clients suivent le pas, l’opération fonctionne et les gérants ont vu une diminution sensible des déchets superflus.

Les étudiants s’engagent

À l’école supérieure de La Cambre, les étudiants ont introduit 500 boîtes Tiffin. L’objectif? Proscrire les emballages en plastique à la cantine. L’initiative a été lancée par le conseil étudiant, conscient que les déchets représentaient un réel problème au sein de l’école. L’établissement compte plus de 700 élèves, mais uniquement 70 places assises à la cafétéria: beaucoup d’étudiants prennent donc leur repas à emporter pour le consommer à l’extérieur. Le concept des boîtes réutilisables s’est imposé rapidement lorsque le conseil étudiant a reçu un budget à dépenser dans un projet qui lui tenait à cœur. Aujourd’hui, les élèves se rendent à la cantine avec leurs propres contenants et le plastique a disparu. Pour les étudiants qui oublieraient leurs boîtes, des emballages entièrement biodégradables sont vendus au prix de 1€: «c’est pour encourager les gens à utiliser leur Tiffin», nous explique Emma Delforge, présidente du conseil étudiant. «Même si ces emballages sont biodégradables, le meilleur des déchets reste celui qui n’existe pas et nous désirons promouvoir les Tiffin», poursuit Emma Delforge. L’argent récolté permet notamment de financer l’achat des contenants réutilisables. Des étudiants à la direction, en passant par les dames de la cantine, l’opération a conquis La Cambre. «Depuis le lancement du projet, nous estimons avoir réduit par trois la quantité de déchets plastiques.», nous confie Alexandre Dumenil, vice-président du conseil étudiant. Les élèves ne comptent pas s’arrêter là: une commande de 500 nouveaux contenants a été effectuée pour pérenniser le projet et permettre aux nouveaux arrivants de prendre part à l’initiative. Le combat est lancé.

Les déchets en Wallonie

Les Wallons produisent 32 000 tonnes de déchets par an, dont un tiers provient du conditionnement. Selon Sarah Meurisse, présidente de l’association Slow Waste, «c’est beaucoup trop si l’on veut faire face à l’urgence climatique». La plupart des emballages ne peuvent pas être recyclés et partent directement à l’incinération. La pollution due à ces déchets provient donc à la fois des gaz à effet de serre émis pour les créer, mais aussi, une fois jetés, à leur élimination.

En Wallonie, si 1 000 personnes utilisaient des contenants Tiffin deux fois par semaine, 104 000 emballages jetables seraient épargnés, ce qui correspond à quatre tonnes de CO2 provenant de l’incinération.

Qui est l’auteure de ce reportage?

Stop aux emballages plastiques: des boîtes pour dire non au CO2
-
Je m’appelle Hanna Schevenels, j’ai 22 ans et je suis liégeoise. En dernière année de journalisme à l’Université de Liège, je suis passionnée par le monde de la radio. Chaque mercredi, j’anime une émission sur la radio universitaire locale liégeoise 48 FM, où nous abordons la pop culture sous toutes ses facettes. Très attirée par les réseaux sociaux, je suis la community manager du magazine étudiant de l’Université, Le P’Tit Torê. Le journalisme représente pour moi une manière d’exprimer et de représenter le monde de la façon la plus neutre possible.

+ Retrouvez les reportages radio des candidats francophones tous les samedis, dans «Transversales», entre midi et 13 h sur La Première. Et sur VivaCité dans l’émission «Grandeur nature», le samedi aussi entre 16 h et 18 h.

Découvrez tous les reportages de la Belgodyssée 2019 consacrés aux initiatives positives pour lutter contre le réchauffement climatique sur www.lavenir.net/tag/belgodyssee-2019