BRUXELLES

Bruxelles Propreté «creuse son déficit»: Maron veut «procéder dans l’ordre»

Bruxelles Propreté «creuse son déficit»: Maron veut «procéder dans l’ordre»

Le Ministre Alain Maron compte prochainement organiser une collecte non destructive d’équipements recyclables. EdA - J. R. (illustration)

Bruxelles Propreté creuse son déficit. L’opposition MR attaque donc le nouveau Ministre de l’Environnement Alain Maron. Qui rassure.

À l’occasion de l’ouverture des travaux budgétaires au sein de la commission de l’Environnement du parlement bruxellois, le groupe MR a «tiré», mercredi, «la sonnette d’alarme» à propos du budget 2020 de l’Agence Bruxelles Propreté (ABP), reprochant notamment au nouveau ministre de l’Environnement Alain Maron (Écolo), de ne rien avoir fait en six mois pour y remettre de l’ordre.

Le ministre a répliqué qu’il entendait procéder dans l’ordre. Il dit attendre le résultat des trois audits censés rendre une photographie de la situation sur la gestion de l’ABP pour prendre les initiatives qui s’imposent.

«Malgré des recettes toujours plus importantes notamment par une augmentation croissante de la dotation régionale portée à 186,5 millions en 2020, soit une augmentation de 8,9% par rapport à 2019 et des recettes complémentaires pour un montant de 97 millions en 2020, l’ABP continue de creuser son déficit... L’emballement de la dette et la non-maitrise des dépenses de fonctionnement témoignent d’une gestion calamiteuse», a déploré la députée libérale Aurélie Czekalski.

«Taper du poing sur la table»

Rappelant que la situation à l’ABP n’est pas neuve, celle-ci a ajouté que six mois après son entrée en fonction, le ministre Maron n’a «entrepris aucune action par rapport à la direction».

Dans un communiqué commun diffusé par son groupe parlementaire, la députée Viviane Teitelbaum -selon le ministre, absente en commission- a par ailleurs invité Maron à «taper du poing sur la table» deux ans après la demande du MR, partagée par Écolo, d’un audit de l’Agence.

Teitelbaum a reproché au gouvernement d’avoir octroyé les 10,5 millions d’euros des certificats verts de l’incinérateur à l’ABP dans le cadre de l’ajustement du budget 2019. Alors que le tri des déchets organiques sera obligatoire en 2023, le centre de biométhanisation attendu depuis des années risque de ne pas être opérationnel et le développement des recyparks est menacé a-t-elle notamment dit.

Collectes non destructives

Pour le ministre, cette communication du groupe de l’opposition fait fi des éléments d’information qu’il a livrés en commission. Selon Alain Maron, les recettes de certificats verts de l’incinérateur seront consacrées en 2020 à la fois à la création d’un voire de deux nouveaux recyparks, et par ailleurs à l’organisation de collectes non destructives d’équipements recyclables. Pour 2019, il était trop tard pour l’organiser, a-t-il précisé.

Une procédure a été lancée au niveau des administrations compétentes pour lancer le projet de création d’une unité de biométhanisation resté en rade durant cinq ans, a ajouté le ministre.

Maron a encore souligné que les recettes commerciales 2020 de l’ABP étaient loin de reposer sur une surestimation. Leur estimation est fondée sur celles engrangées entre le début de l’année en cours et le dernier mois d’octobre.