TC Charleroi - Des peines de trois à 15 ans de prison ferme requises pour neuf prévenus

Le ministère public a débuté mardi son réquisitoire dans le procès de 35 personnes poursuivies pour un important trafic de drogues. Des peines de trois ans à 15 ans de prison ferme ont été requises contre neuf des prévenus, suspectés d'avoir eu un rôle important dans le trafic. Le procès, qui a débuté lundi, est prévu pour deux semaines.

Entre 2015 et 2018, les 35 prévenus sont suspectés d'avoir contribué à un trafic de cocaïne et de cannabis particulièrement bien organisé, dans la région de Charleroi mais également en Espagne, France, Allemagne et Pays-Bas. Lors de la première audience, une grande partie des prévenus ont contesté avoir une quelconque implication dans l'organisation criminelle. Une minorité d'entre eux reconnaissent la surveillance de plantations de cannabis implantés à Courcelles, Charleroi ou Soignies et la vente de cocaïne et cannabis.

Le ministère public a requis des peines allant de trois à 15 ans de prison ferme à l'encontre de neuf des prévenus, considérés comme ayant eu un rôle important dans le trafic. La peine la plus haute a été requise contre S.E.J., 35 ans, que le parquet considère comme le plus grand dirigeant du trafic.

D'après le substitut du procureur général, François Demoulin, derrière le trafic se cache une organisation criminelle, qui utilise PGP, un logiciel de communication cryptée. "Ce programme permet de crypter les conversations présentes dans le téléphone. On peut également effacer les messages à distance", détaille le ministère public.

Le train de vie de certains prévenus conforte également la thèse d'une organisation criminelle. "Quand on analyse les fiches de paie, on remarque qu'ils ne gagnent rien. Pourtant, ils s'offrent des voyages de luxe et se baladent avec de grosses sommes en liquide."

Le ministère public achèvera son réquisitoire mercredi. Les avocats de la défense débuteront ensuite les plaidoiries.

Nos dernières videos