BUZZ - CULTURE

Accusé de plagiat, Thomas Ngijol répond violemment: «Petit-fils de lâche»

C’est au tour de Thomas Ngijol d’être accusé de plagiat par le compte Twitter «CopyComic». Ce qui a le don d’irriter l’humoriste français qui répond dans une lettre au vitriol postée sur Instagram.

«CopyComic», la chaîne YouTube qui compare des extraits de sketchs et accuse souvent les artistes français de plagier leurs confrères anglo-saxons, s’en prend depuis ce lundi à Thomas Ngijol.

Pointé du doigt pour s’être fortement inspiré des blagues faites précédemment par Eddie Murphy, Chris Rock, Richard Pryor, Dave Chappelle ou encore Ron G, l’artiste français d’origine camerounaise a décidé de répondre aux accusations sur les réseaux sociaux.

«Bon, vu qu’on est dans l’ère du buzz, là, on peut dire qu’il y a clairement clash. Moi, je suis un peu vieille école. Pour moi, à la base, un clash, c’est entre deux hommes en face à face, pas entre un homme et un compte Twitter… Mais je vais me plier à tes règles Copy Caca.» Dans une lettre ouverte postée sur Instagram, Thomas Ngijol, qui n’apprécie pas qu’un anonyme tente «de réduire mon travail à ton montage pourri», s’en prend ainsi ouvertement à son accusateur. Comment? En comparant notamment son travail à ce que faisaient les collaborateurs durant la seconde Guerre mondiale: «Pauvre Copy Caca, franchement, tes méthodes délation sont tellement vieille France…»

«Copy Caca, tu te rends compte de ta vie? […] Tu reflètes vraiment le mal de notre époque, les dérives du Net… Les gens sans rien dans leur vie se donnant une raison d’exister sur les réseaux sociaux... En fait, tu n’es rien d’autre qu’un pauvre ivrogne viral qui passe son temps à crier au complot au Bar Twitter… sauf que là, tu as gueulé à l’oreille du mauvais client.»

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Ne jamais réveiller un lion qui dort... CopyComic tu veux détrônez le duc!? Mauvaise idée... ??????

Une publication partagée par thomas_ngijol (@thomas_ngijol) le

 

Passablement énervé, Thomas Ngijol tente toutefois d’expliquer les ressemblances pointées par «Coyp Comic». «Tu ne connais rien à mon métier […] Je suis un enfant qui a navigué comme beaucoup entre la culture française et la culture américaine. Plus que de l’inspiration, j’appelle ça de la «culture», imbécile de Copy Couillon! Lance-toi dans Copy Hip-Hop, tu seras étonné de voir le nombre de rappeurs français qui s’inspirent des artistes américains… mais à la fin, on s’en fout, l’important c’est d’avoir sa propre identité! J’ai même vu de jeunes humoristes venus me voir en spectacle ou autre, s’inspirer de mon travail. Et que dire au final? Bah, je trouve ça plutôt flatteur!»

Parce que la meilleure défense, c’est l’attaque, l’humoriste critique aussi les choix de «Copy Comic»: «Evidemment, dans ton montage, je n’ai plagié que des noirs… Aucun comique blanc!? Moi qui suis admiratif publiquement du travail de Ricky Gervais ou encore d’Eddy Izzard.» Et Thomas Ngijol de démonter, selon lui, les accusations point par point.

Sûr de ne pas être dans son tort, le Français ponctue même sa lettre par un mot plus doux. «Et merci pour la force, poto. Moi qui dois annoncer bientôt quelques dates, histoire de retrouver mon public qui me manque dans une petite salle intimiste, là c’est carrément Noël avant l’heure! Tu voulais un buzz, Copy caca l’a fait!»