WALLONIE PICARDE

Trois nouvelles casernes de pompiers

Trois nouvelles casernes de pompiers

Un montant de près de 20 millions d’euros sera investi dans cette opération. Com.

La réorganisation stratégique de la zone de secours de Wallonie picarde (Hainaut occidental) passera par la fermeture de plusieurs postes et la construction de trois nouvelles casernes d’ici 2023. Un montant de près de 20 millions d’euros sera investi dans cette opération.

Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de Tournai et président de la zone de secours Wapi, et Olivier Lowagie, commandant de cette zone, ont présenté mardi le projet de construction des trois nouvelles casernes. Il a pour objectif une rationalisation des implantations des casernes, des effectifs et du matériel.

La zone de secours en question regroupe 19 villes et communes et compte quelque 320 000 habitants sur son territoire.

«À titre d’exemple, certaines communes, qui avaient un arsenal sur leur territoire, ne pouvaient pas et ne peuvent toujours prendre un départ pour un incendie par manque d’effectif! Il faut au minimum six hommes par véhicule pour effectuer un 1er départ», explique Paul-Olivier Delannois.

Dans le secteur Sud, les postes de Basècles, Belœil, Bernissart, Péruwelz et Antoing seront fermés tandis qu’un nouvel arsenal sera construit à Blaton (Bernissart). Dans le secteur Est, les postes d’Ath et de Lessines fermeront et une nouvelle caserne sera construite à Rebaix (Ath). Enfin, dans le secteur Ouest, on fermera les postes de Dottignies et d’Estaimpuis, tandis qu’une nouvelle infrastructure verra le jour à Evregnies (Estaimpuis) avec déplacement des pompiers professionnels de Mouscron.

En ce qui concerne le personnel, ces nouvelles casernes abriteront en 2023 une garde sous toit, 24 h sur 24 h. Chaque nouvelle caserne, d’un coût estimé à 6,5 millions d’euros, comprendra un espace de 2 000 m2 de stockage, d’entretien des véhicules et du matériel, une zone de 2 000 m2 d’accueil et d’espace pour le travail du personnel, une surface extérieure de 1 250 m2 dédiée aux exercices et un espace extérieur de 3,000 m2 pour le stationnement.

L’investissement se fera en fonds propres via la dotation fédérale et celles des 19 communes. Le chantier de Rebaix débutera en avril 2020. Avec un intervalle de quatre à six mois entre chaque caserne, les constructions de Blaton et d’Evregnies suivront. Le délai d’exécution de chaque caserne est de +/– 15 mois. Les trois nouvelles infrastructures devraient être opérationnelles en 2023.


Nos dernières videos