FOOTBALL

Tamburrini: «Si le foot, c’est ça, j’arrête de suite»

Tamburrini: «Si le foot, c’est ça, j’arrête de suite»

Il n’a pas l’air comme ça, mais il est vénère, Pat Tamburrini. Claude Graindorge

Le coach de Solières est remonté comme un coucou deux jours après ce qu’il juge comme un scandale.

Quarante-huit heures après les faits, Patrick Tamburrini ne décolère pas. La rencontre Onhaye et Solières lui reste toujours en travers de la gorge. Pas tellement parce que les Hutois ont essuyé une nouvelle défaite.

Non. Ce qui chagrine et énerve toujours le coach hutois, c’est le comportement du trio arbitral. «Dès le début du match, c’est parti en cacahuètes, assure-t-il. J’ai eu le malheur de mettre un pied en dehors de mon dog-out. Et je me suis fait engueuler par l’homme en noir comme un gamin. On aurait dit un gendarme. La dernière fois que je me suis fait tancer comme ça, c’est quand j’étais jeune soldat. Quelle insuffisance dans son chef! Désolé, mais ça, je ne l’accepte pas… C’est juste pour mettre de l’huile sur le feu… Et quand je vois comment les arbitres sont traités aujourd’hui, je pense que le respect, ils l’ont… Ils arrivent en costard, réception avant, réception après… Que faire de plus?»

C’est surtout après la pause que le trio arbitral aurait perdu le fil du match selon le T1 hutois. «Je ne sais pas ce qu’ils avaient bu à la pause, surtout l’arbitre principal, mais à la reprise, il a clairement fait orienter le match, poursuit le T1 hutois. D’abord en sifflant un penalty pour une faute de Pire. Mais je ne vois pas de quoi il s’agit (NDLR: après avoir visionné les images télé, on confirme la chose). Même le speaker du stade a annoncé une faute sur Nicolas Pire. Ce penalty relance Onhaye qui n’était nulle part et nous coûte clairement 3 points. Que dire, ensuite, de la 2e jaune donnée à Dheur pour simulation? Il y a bel et bien faute sur Axel. Et il ne tombe nullement. En attendant, on doit finir à 10 et, là aussi, ça change tout. »

Et le coach hutois d’aller encore plus loin. «Je ne vais pas crier au complot anti-Solières, mais si on ajoute les 2 points perdus aussi sur une erreur d’arbitrage à Tilleur, cela commence à faire beaucoup, souffle l’ancien T2 de Seraing. Je suis le premier à défendre les arbitres, mais quand il est mauvais et fiche tout le travail d’une équipe en l’air, il faut le dire aussi. Dans le jargon militaire, on parle de tir de crise quand on s’acharne comme ça sur une cible. C’est exactement ce qu’il a fait, samedi. Je ne parviens pas à décolérer. Et je vais être clair: si le foot, c’est ça, alors, j’arrête demain. Quand je pense que je suis militaire et que tous les jours je me bats pour que nos droits soient respectés, je deviens fou quand les nôtres sont bafoués de la sorte. C’est un scandale. » Un scandale qui va coûter cher à Solières privé de Dheur, Cwynar et Pire de concert pour affronter Givry dans le match de la mort dimanche.

Nos dernières videos