MAISON

En 1981, voici comment on imaginait la maison de 2020, avec la révolution «télématique»

À quoi ressemblera votre maison dans 40 ans? L’émission «Antenne Soir» (RTBF) répondait à cette question en 1981, concernant l’an 2020. Et comme le temps passe vite, on y arrive, en 2020. Ont-ils vu juste?

Les progrès technologiques sont si rapides aujourd’hui qu’il semble impossible d’avoir une vague idée de ce qui fera l’habitat dans 40 ans. Petit coup d’œil dans le rétro, avec ce dont on pouvait rêver en 1981 pour l’an 2020, dans cette archive dénichée sur le site de la Sonuma.

Il faut évidemment se replacer dans le contexte de l’époque: le minitel est encore en phase de test, Ronald Reagan vient de devenir président des États-Unis, les salles obscures diffusent «Les Aventuriers de l’arche perdue», certains écoutent «Il suffira d’un signe» de Jean-Jacques Goldman sur leur walkman et on joue à «Galaga» dans les salles d’arcade. Une autre époque.

On s’étonne peu de voir l’aspect désuet de l’espace consacré à la maison de 2020 au «salon de la maison idéale», qui se déroulait au centre Rogier.

En 1981, voici comment on imaginait la maison de 2020, avec la révolution «télématique»
-

L’émission «Antenne Soir» du 28 janvier 1981 y consacrait un reportage. Deux mots d’ordre dans ce salon dédié à la maison de demain: elle doit être confortable et rationnelle.

«Rationaliser l’habitat doit devenir le souci principal de ces prochaines années. Il faut acheter plus judicieusement pour éviter le gaspillage d’espace», narrait le journaliste Guy Cuvellier.

Une prédiction plutôt bien vue, alors qu’on cherche à optimiser chaque parcelle de terrain et chaque endroit de la maison, pour répondre aux nouvelles réalités actuelles (prix qui s’envolent, nouvelles formes d’habitat, familles monoparentales etc.).

La télématique. La quoi?

Côté confort, outre le gigantesque canapé qu’on peut apercevoir dans la vidéo, un mot magique: la télématique et ses possibilités infinies.

Contraction de «télécommunications» et «informatique», la télématique préfigure totalement l’ordinateur personnel et doit simplifier la vie de tout un chacun. Dire qu’aujourd’hui, le bon vieux PC est lui-même supplanté par le smartphone-à-tout-faire.

Tout cela n’est finalement que le prolongement de la télématique, quand on voit ce qu’on en disait à l’époque.

«La télématique vous permettra d’avoir votre banque chez vous, de consulter sur un écran le solde de votre compte et faire certaines opérations bancaires simples par exemple», explique un intervenant. C’est d’ailleurs cette mutation profonde qui met aujourd’hui le monde bancaire sous pression, obligé de sabrer dans ses effectifs et de se réinventer dans notre monde numérique. Dire que la personne qui vantait la télématique dans le reportage est… un banquier. S’il avait su…

«On pourra aussi réserver  des billets d’avion et de théâtre, consulter le bottin téléphonique pour retrouver quelqu’un et avoir son numéro», termine l’intervenant.

Même si le bottin et le simple numéro de téléphone sont remplacés par quantité d’autres services de téléphonie/messagerie/chat, la vision du futur s’est bien concrétisée. Mais c’est bien via le smartphone qui tient dans notre poche que tout s’est accéléré.

Difficile d’imaginer ça en 1981.

Alors, imaginez en 2060 ce qui tiendra peut-être sur le bout de votre doigt, ce qu’on pourra faire en clignant des yeux et ce qu’on commandera par la force de la pensée. À moins que ce ne soit encore tout à fait autre chose?