LA LOUVIÈRE

Légionellose dans une maison de repos louviéroise: situation «sous contrôle»

Légionellose dans une maison de repos louviéroise: situation «sous contrôle»

Google Maps

Des traces de légionellose ont été décelées il y a une dizaine de jours dans les canalisations d’eau chaude de la résidence Laetare, une maison de repos gérée par le CPAS de La Louvière.

«La situation est désormais sous contrôle», a rassuré le président de l’institution, confirmant une information rapportée par plusieurs médias.

Des traces de légionellose ont été découvertes dans le réseau d’eau chaude de la résidence Laetare, au terme d’un contrôle de routine. La légionellose, liée aux circuits d’eau dans les bâtiments, est une maladie pulmonaire causée par la propagation d’une bactérie (Legionella pneumophila), selon le portail wallon Environnement-Santé.

Le rapport du contrôle des installations a été transmis aux autorités du CPAS de La Louvière aux alentours du 9 novembre dernier. «Nous avons agi très rapidement et des dispositions ont été prises en urgence pour éviter la propagation de la bactérie», a indiqué le président du CPAS louviérois, Nicolas Godin (PS).

«Un choc thermique a d’abord été donné dans la tuyauterie du bâtiment pour diminuer la présence de la bactérie. Des filtres ont ensuite été placés sur la tuyauterie. Une pompe doit être installée sous peu pour nettoyer les tuyaux du bâtiment, qui est assez ancien», a-t-il poursuivi.

D’après le président du CPAS, une température pas assez constante de l’eau chaude dans les tuyaux pourrait être la cause de l’apparition de la légionellose.

«À titre préventif, le personnel a notamment été équipé de masques antibactériens et nous avons postposé les douches des résidents. Les toilettes ont été données différemment. La situation est désormais sous contrôle. De nouveaux tests doivent toutefois encore être réalisés ce jeudi pour le confirmer», a conclu le président du CPAS.

Les précisions de la ville

Dans un communiqué, la ville de La Louvière précise qu’il s’agit de la forme la moins agressive de la bactérie «legionella» qui a été détectée en plus forte quantité dans les canalisations de la maison de repos. «Rappelons que cette bactérie est naturellement présente dans l’eau, y compris l’eau potable», poursuit le communiqué.

En concertation avec l’AViQ (Agence pour une Vie de Qualité), le Médecin Coordinateur, les services techniques et les services interne et externe de prévention et de protection au travail, des mesures curatives ont été prises.

Outre de réguliers chocs thermiques, des filtres antibactériens ont été placés aux sorties d’eau ( pommeaux de douche et robinets) et des mesures d’assainissement des canalisations sont adoptées via une pompe injectant une solution chlorée.

Les résidents, leurs familles ainsi que les médecins traitants ont été informés en temps réel de la situation, tout comme les membres du personnel.