LIÈGE

La perpétuité requise contre Mohamed Boughaiout, reconnu coupable du meurtre de sa mère

La perpétuité requise contre Mohamed Boughaiout, reconnu coupable du meurtre de sa mère

BELGA

Le ministère public a requis lundi devant la cour d’assises de Liège la peine de réclusion criminelle à perpétuité contre Mohamed Boughaiout, un Liégeois âgé de 33 ans qui a été reconnu coupable du meurtre de sa mère. L’arrêt est attendu en cours d’après-midi.

Mohamed Boughaiout avait tué sa mère âgée de 62 ans le matin du 20 octobre 2017 à Liège. Le corps de Fatima El Mezouar avait été découvert le lendemain, plongé dans un ruisseau de la commune de Stoumont.

Lors de son réquisitoire sur la peine à infliger à Mohamed Boughaiout, la substitute Fabienne Bernard a évoqué la personnalité de l’accusé. Elle a d’abord évoqué les antécédents judiciaires et la dangerosité de Mohamed Boughaiout, déjà condamné à deux reprises. Il avait écopé en 2014 d’une première peine de 20 mois de prison avec sursis pour avoir arraché le sac d’une personne âgée de 77 ans. Sa sanction avait été assortie de l’obligation de suivre une formation dans la gestion de la violence.

En 2015, Mohamed Boughaiout avait été condamné à une peine de trois ans de prison ferme après avoir commis 136 infractions avec une bande qui avait écumé la province de Liège pour commettre notamment 4 braquages à main armée, 45 vols avec effraction et 65 dégradations de véhicules.

Après ses condamnations, la famille de Mohamed Boughaiout s’était démenée pour l’aider et le soutenir. Sa mère l’aidait aussi à indemniser toutes les victimes de ses faits. Le ministère public a évoqué la personnalité psychopathique de l’accusé. «Mohamed Boughaiout a parfaitement conscience des actes qu’il pose et du mal qu’il peut faire mais il y est indifférent. Il n’a pas d’émotion. Son mode de fonctionnement ne le fait pas souffrir. Il n’est pas malade, il est comme cela. Ce qui en dit long sur les inquiétudes à avoir à son sujet», a déclaré Mme Bernard.

 

Sa mère était «sa meilleure avocate»

 

Le ministère public a également évoqué le côté menteur et manipulateur de Mohamed Boughaiout. «Il n’a aucun problème à berner les gens et à s’inventer un cancer généralisé pour garder une compagne sous sa coupe», a relevé Fabienne Bernard.

Le parquet a souligné que Fatima El Mezouar avait toujours défendu son fils. «Elle était sa meilleure avocate. Mais elle était aussi à un stade de sa vie où elle attendait de recevoir un peu de lui. Il n’a pas choisi de lui donner, il a choisi de la tuer», a souligné Mme Bernard.

La substitute a ajouté qu’elle considère que Mohamed Boughaiout est une personne dangereuse pour la société, qui a commis les faits les plus graves sans avoir le moindre remords en décidant de tuer celle qui l’avait toujours soutenu. Pour sanctionner les faits, le ministère public a requis la peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Les avocats de Mohamed Boughaiout, Me Renaud Molders-Pierre et Me Maxim Töller, ont évoqué des circonstances atténuantes et ont sollicité une peine qui ne dépasse pas 20 ans de prison.

L’arrêt est attendu en cours d’après-midi.


Nos dernières videos