TRAFIC - POLITIQUE

Une proposition de loi pour une vitesse minimum de 80 km/h sur l’autoroute

Une proposition de loi pour une vitesse minimum de 80 km/h sur l’autoroute

Belga (Illustration)

Une proposition de loi vise à relever la vitesse minimum sur l’autoroute de 70 à 80 km/h, rapportent «Gazet van Antwerpen», «Het Nieuwsblad» et «Het Belang van Limburg», ce lundi.

Rouler trop lentement sur l’autoroute peut être aussi dangereux que rouler trop vite. Une proposition de loi a été introduite au parlement fédéral pour relever la vitesse minimum à 80 km/h «parce que la limite à 70 est datée dans les faits», selon le député Frank Troosters (Vlaams Belang).

«Par rapport à avant, les poids lourds peuvent facilement atteindre la vitesse de 90 km/h. Si nous rapprochons la vitesse des différents usagers de la route qui circulent sur l’autoroute, c’est beaucoup mieux pour la sécurité routière.»

La fédération du transport Febetra soutient la proposition.

Il est estimé que chaque semaine environ deux chauffeurs sont sanctionnés pour avoir roulé à moins de 70km/h sur l’autoroute.

Peu d’effet, selon Vias

«Augmenter la vitesse minimale sur les autoroutes est une bonne idée, mais cela aura en principe peu d’incidence sur la sécurité routière», a déclaré Stef Willems, porte-parole de Vias.

Selon Vias, le danger est présent lorsqu’il y a une grande différence de vitesse sur l’autoroute. Si la vitesse minimale est augmentée, la différence entre la vitesse limite la plus basse et la plus haute est alors réduite, ce qui améliorerait la sécurité routière. «Vous réduisez alors le nombre de dépassements», a déclaré le porte-parole Stef Willems.

Mais le porte-parole souligne qu’il ne s’agit que d’un très petit effet sur la sécurité routière. «Dans la pratique, nous constatons que très peu de personnes conduisent encore à 70 km/h.» Cela concernerait également un nombre minimal d’infractions. «Si vous savez que 1,3 million d’amendes sont infligées chaque année, ces 100 amendes (pour conduite sous la vitesse minimale, NDLR) ne représentent pas grand-chose», a ajouté Stef Willems.

L’organisation de mobilité flamande VAB soutient également l’idée mais n’en voit pas la nécessité. «Si les règles de circulation sont révisées, comme nous le demandons depuis des années, la mesure pourrait éventuellement être incluse», a déclaré la porte-parole de VAB, Joni Junes.

Nos dernières videos