La révélation vélo

ÉdA

Le vélo est devenu le principal mode de déplacement de Barbara Leloux. L’enseignante s’investit également dans la promotion de la bicyclette au travers du Gracq, l’association des cyclistes quotidiens, dont elle est la responsable locale.

À regarder Barbara Leloux déambuler dans les rues du centre-ville au guidon de son vélo-cargo, on pourrait croire que cette Nivelloise est une adepte du deux-roues depuis toujours. Il n’en est rien. «J’ai longtemps considéré que la pratique du vélo relevait surtout du sport, avoue-t-elle. C’est lors d’un erasmus en Allemagne, à Bonn, que j’ai pris conscience qu’il s’agissait aussi d’un excellent mode de déplacement.» Dès cet instant, l’enseignante a commencé à intégrer la bicyclette dans son environnement. Au point d’en faire, quelques années plus tard, son principal moyen de transport. «Il m’est apparu comme étant le plus efficace pour circuler dans le centre-ville. En voiture, je perdais une heure dans les files au moment d’aller rechercher les enfants à l’école. C’est beaucoup plus rapide avec le vélo. Plus agréable aussi.» Barbara Leloux le reconnaît, les infrastructures favorisant la pratique de la bicyclette sont cependant moins développées à Nivelles qu’à Bonn. Elle en est encore plus consciente depuis qu’elle est devenue la responsable locale du Gracq, le Groupe de Recherche et d’Action des Cyclistes Quotidiens. «Je suis surtout là pour donner envie de faire du vélo en mettant sur pied différents événements, tempère-t-elle. Je prends en charge les aspects ludiques de nos actions. D’autres personnes sont plus à même que moi de plancher sur les aspects techniques.»

Ces derniers visant notamment à rendre les déplacements à vélo plus sûrs.

Nos dernières videos