Jurbise veut plus de bus

Photo prétexte. Reporters/QUINET

Une mère de famille dénonce via une pétition le manque de bus sur l’entité de Jurbise. La bourgmestre Jacqueline Galant la soutient.

On ne cesse de le répéter: il faut changer de modèle de mobilité. Celui du tout-à-la-voiture prouve chaque jour son ineptie au plus les files s’allongent et au plus la qualité de l’air se dégrade. Mais le basculement n’est pas facile, surtout dans les zones rurales, mêmes proches de centres urbains.

L’expérience de Magali Quenon est un bon exemple des freins à l’adoption d’une mobilité alternative. Sa famille habite à Masnuy-Saint-Jean, petit village dans l’entité de Jurbise et ses deux filles vont à l’école à Mons, collège Saint-Stanislas. La distance entre le domicile et l’école est de moins de 10 kilomètres.

Pour la réaliser, les parents poussent les enfants vers les transports en commun, n’ayant pas l’occasion de les conduire tous les jours, mais aussi «dans un souci de développement de leur autonomie mais également d’écologie.»

Retards et punitions à l’école

Et ça coince. L’augmentation constante du trafic automobile couplée aux travaux de l’autoroute E19-E42 a allongé les temps de parcours en périphérie de Mons. Désormais, il n’est pas rare de rallier le centre-ville montois en 40 minutes depuis Jurbise. Conséquence pour le bus, aussi englué dans le trafic: il est en retard.

«Le bus qui doit arriver à 7 h 48 à la gare de Mons arrive en réalité à 08 h 05,1 08 h 10 ou 08 h 15. Après une course folle, sacs remplis sur le dos, mes filles arrivent en classe vers 08 h 30, sont sanctionnées et manquent le début des leçons au mieux et ratent leurs contrôles au pire.»

Mais pourquoi ne pas prendre le bus plus tôt? Parce qu’il n’y en a pas. L’offre de bus est famélique à Jurbise, se réduisant à une ligne avec un maximum de quatre bus par jour, en période scolaire. Et il ne passe qu’une fois par jour à Masnuy-Saint-Jean.

Soutien de la bourgmestre

D’où une pétitionlancée par la mère de famille pour «cesser de laisser la commune de Jurbise dans une situation de “parents pauvres” et permettre à ses habitants de jouir d’une offre de transport en commun à la hauteur de la demande actuelle.»

Magali a été rejointe dans son combat par la bourgmestre de Jurbise Jacqueline Galant, qui plaide depuis des années pour une meilleure offre de bus sur sa commune. «Il y a d’abord un aspect écologique non négligeable. En plus, le bus est une solution idéale pour désengorger les axes routiers et faciliter le déplacement des enfants.»

Plus de bus, c’est aussi moins d’engorgements aux abords des écoles, source d’insécurité. La bourgmestre a pris contact avec la direction du TEC Hainaut pour exposer les difficultés rencontrées par les Jurbisiens et promet d’interpeller «très prochainement» le ministre wallon de la mobilité Philippe Henry sur la faible densité des bus TEC en zones rurales dans la région, dont Jurbise.

Du côté des TEC Hainaut, on confirme la prise de contact. La direction rencontrera dans les prochaines semaines les autorités communales jurbisiennes pour évoquer le problème.

Et le train?

Si Jurbise n’est pas gâtée en termes de bus, elle l’est pour le train. La gare de Jurbise offre des liaisons fréquentes vers Mons, de deux trains par heure en période creuse à cinq en heure de pointe. Problème: il faut arriver jusque la gare.

«Nous avons effectué le trajet en vélo de la maison. Le constat est accablant, poursuit Magali Quenon. Aucune sécurité […], on sent les camions nous frôler, pas ou peu de passages piétons pour traverser de manière sécurisée, l’état de la piste est délabré, plusieurs sections sont sans signalisation de sol.»

L’habitante plaide pour une liaison vers la gare de Jurbise depuis les villages. «Ne pourrions-nous pas envisager l’ajout d’un bus supplémentaire en matinée/en après-midi pour permettre aux Jurbisiens de profiter de la grande fréquence de trains reliant la gare de Jurbise et la gare de Mons?» abonde en son sens la bourgmestre Jacqueline Galant.

Outre la gare de Jurbise, précisons que l’entité est également pourvue de deux points d’arrêts: à Erbisœul et Masnuy-Saint-Pierre. Avec un train par heure...