POLITIQUE

Paul Magnette nommé informateur par le roi

Paul Magnette nommé informateur par le roi

- BELGA

La désignation de Paul Magnette comme informateur marque une nouvelle étape dans la recherche d’une majorité. L’arc-en-ciel est relancé.

Alors qu’il en était au stade de la préformation, le processus royal retourne donc au stade de l’information. Paul Magnette, désigné informateur, fera rapport au roi le 18 novembre.

«Sa Majesté le roi a pris acte des conclusions des préformateurs Geert Bourgeois et Rudy Demotte qui constatent que les bases pour engager une phase de formation sont insuffisantes. Le roi a mis fin à la mission des préformateurs», indiquait le communiqué du Palais royal.

Troisième mission

C’est avec l’audience des coprésidents d’Écolo Rajae Maouane et Jean-Marc Nollet que le roi Philippe avait bouclé mardi après-midi ses consultations consécutives à la demande des préformateurs issus de la N-VA et du PS d’être déchargés de leur mission.

Le roi a ainsi rencontré tous les négociateurs des partis qui pourraient former tant une coalition «jaune-pourpre», liant la N-VA aux socialistes et libéraux, qu’un «arc-en-ciel» associant socialistes, libéraux et écologistes, éventuellement complétés par le CD&V.

La plupart du temps, ces négociateurs étaient les présidents de parti eux-mêmes: Paul Magnette (PS), Bart De Wever (N-VA), Gwendolyn Rutten (Open Vld), John Crombez (sp.a), Meyrem Almaci (Groen) et le duo Maouane-Nollet (Écolo). Deux partis dans lesquels se joue une élection présidentielle étaient représentés par leur chef de file au gouvernement fédéral d’affaires courantes, au titre de «négociateurs fédéraux»: le MR, avec la Première ministre Sophie Wilmès, et le CD&V, avec le vice-Premier ministre Koen Geens.

Jaune-pourpre ou arc-en-ciel?

Magnette choisi en tant qu’informateur à l’issue de ces consultations, la suite des opérations se précise. On sait que l’homme fort du PS a exprimé plus que des réticences à sacrifier les valeurs sociales du PS aux exigences tant socio-économiques qu’institutionnelles émises par la N-VA. La piste de la coalition «jaune-pourpre» paraît, pour l’heure, compromise au vu des déclarations crispées de ces derniers jours, tant des chefs de file du PS que de la N-VA, qui campent sur leurs positions et leurs défiances respectives.

Autre élément: les verts, écartés au cours de la mission Vande Lanotte-Reynders à la suite du refus d’Écolo de s’asseoir à la même table que la N-VA, ont cette fois été associés aux consultations royales.

Une majorité arc-en-ciel (alliant socialistes, libéraux et écologistes du Nord et du Sud), éventuellement élargie aux sociaux-chrétiens de Flandre pour la rendre «moins minoritaire» dans le rôle linguistique flamand, pourrait donc constituer la piste désormais explorée par l’informateur. Même si cette coalition, reléguant la N-VA, a jusqu’ici été écartée par l’Open Vld et un CD&V toujours en quête d’un chef de file. Une «troisième «option», évoquée hier à la droite du MR, qui aurait associé les libéraux francophones et flamands aux nationalistes de la NV-A et du Vlaams Belang, ainsi que le CD&V, paraît totalement hors de propos.

Le communiqué du Palais

Sa Majesté le roi a pris acte des conclusions des préformateurs Geert Bourgeois et Rudy Demotte qui constatent que les bases pour engager une phase de formation sont insuffisantes. Le roi a mis fin à la mission des préformateurs. Le roi a désigné Monsieur Paul Magnette en tant qu’informateur. Monsieur Magnette a accepté cette mission. Il fera rapport au roi le 18 novembre.