BELGIQUE

Fédéral: les discussions sont dans l’impasse, le Roi consulte

La mission remplie par les préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) n’a pas permis de rapprocher les points de vue entre leurs deux partis. Ils ont demandé à être déchargés de leur mission. Le Roi tient sa décision en délibéré et a entamé une consultation des présidents de parti.

Le roi entame de nouvelles consultations auprès de différents présidents de parti à la suite de la demande des deux préformateurs Rudy Demotte (PS) et Geert Bourgeois (N-VA) d’être déchargés de leur mission, après avoir remis leur rapport au roi ce lundi.

Le roi tient sa décision en délibéré et a donc commencé à entamer des consultations. Lundi, le souverain a reçu Paul Magnette et Bart De Wever, respectivement président du PS et président de la N-VA.

Le roi poursuivra mardi ses consultations politiques. Il recevra la Première ministre et négociatrice du MR, Sophie Wilmès, à 9 h 30. Elle sera suivie par la présidente de l’Open Vld, Gwendolyn Rutten, à 10 h 30, et par le président du sp.a, John Crombez, à 11 h 30, a-t-on appris lundi.

La fin n’a pas encore sonnée pour les préformateurs

MM Bourgeois et Demotte ont remis leur rapport au Roi, comme attendu. Une possibilité existait que Philippe acte la fin de leur mission.

Le chef de l’État n’a pas acté la fin de la mission des préformateurs, qui étaient venus lui présenter leur rapport comme attendu. «Le roi tient sa décision en délibéré et entame des consultations», selon le communiqué du Palais.

En mission depuis le 8 octobre

C’est le 8 octobre que le chef de l’État avait chargé le socialiste francophone et le nationaliste flamand d’«examiner les bases concrètes en vue de la formation d’un gouvernement fédéral autour de leurs partis respectifs, et ceci avec les quatre autres partis impliqués dans les discussions», soit le MR, le CD&V, l’Open Vld et le sp.a.

Les deux hommes ont travaillé dans la même discrétion que leurs prédécesseurs, Didier Reynders (MR) et Johan Vande Lanotte (sp.a), qui avaient mené une mission d’information de plus de quatre mois à la suite des élections.

Depuis le 26 mai, les regards sont tournés vers le PS et la N-VA, premiers partis de leur communauté linguistique. Jusqu’à présent, aucune négociation en vue de former un nouveau gouvernement n’a commencé à proprement parler tant les positions des deux partis semblent difficilement conciliables.

+ À lire aussi: Fédéral : Paul Magnette met en cause les demandes institutionnelles de la N-VA