AUDERGHEM

Arrêt de travail à l’école Schaller: ils disent «stop au harcèlement» de la direction

Une quarantaine de membres du personnel de l’école spécialisée Schaller, située avenue Charles Schaller à Auderghem, ont marqué lundi entre 10h et 11h, un arrêt de travail, couvert par les trois syndicats en front commun, pour dénoncer l’absence de suite donnée aux problèmes rencontrés avec la direction de l’établissement.

Les enseignants et les autres travailleurs mobilisés ont arboré à l’entrée de l’école les messages «Honte à ceux qui ferment les yeux», «Stop au mal-être» ou «Stop au harcèlement» sur des pancartes. Ils avaient également confectionné un petit cercueil.

Ils dénoncent des problèmes avec la direction de l’établissement et l’absence de solution mise en oeuvre. La directrice en cause, qui a été écartée pendant quelques mois à la fin de l’année scolaire 2018/2019, vient d’être réintégrée dans ses fonctions. Le rapport de l’organisme externe en charge de la protection et de la prévention des travailleurs qui a analysé les problèmes rencontrés date déjà de 2016. Les enseignants appellent l’administration Wallonie-Bruxelles Enseignement à prendre ses responsabilités et à gérer ce dossier.

«L’administration a reconnu ne pas avoir donné de suite au dossier», souligne Khalid El Mahroug, vice-président de la section bruxelloise du SLFP. «Le rapport externe a permis d’objectiver les problèmes relationnels avec la direction. Il est question d’autoritarisme, de harcèlement... La moitié des enseignants arrêtent leur carrière dans les cinq premières années à cause de la difficulté de l’emploi, à cela s’ajoute le manque de moyens et si maintenant on tolère des directions tyranniques qui font fuir les membres du personnel, on va se retrouver dans quelques années avec une vraie pénurie de professeurs. Aujourd’hui, les enseignants prennent énormément sur eux».