La colombophilie est un hobby particulier dont l’histoire remonte à 1890 en Belgique. «À cette époque, l’association nationale pour défendre les colombophiles de Belgique est née, explique le Président Jean Delstanche.

Ensuite, de petites sections se sont développées dans son sillage, par commune ou par ville. En 47-48, âge d’or de la colombophilie, on dénombrait 400 000 colombophiles, contre seulement 20 000 aujourd’hui… Ce hobby réunit désormais surtout des pensionnés. Quant à notre société colombophile de Wavre, elle compte à l’heure actuelle une trentaine de membres.» Il est vrai que l’entretien des pigeons exige du temps et de la passion. «Il faut les nourrir, les soigner,… Et effectuer une sélection, sur base de leurs performances. En effet, il n’y a pas de traits physiques qui peuvent nous indiquer si tel ou tel pigeon sera plus performant que tel autre.» Concrètement, l’association organise des concours de façon très régulière. Chaque week-end sur des distances de 200-300 km, tous les 15 jours de 350-400 km, et au-dessus de 800 km toutes les trois semaines. «Nous planifions aussi un parcours depuis Barcelone une fois par an. Le vainqueur est le pigeon qui parcourt la distance le plus rapidement possible jusqu’à son colombier. Chaque pigeon est contrôlé. Bien sûr, des éléments comme le vent, qu’il soit favorable ou au contraire de tête, peuvent influencer le résultat.» À noter que les pigeons sont acheminés par des transporteurs (chaque camion pouvant en transporter 3 000). «Les courses ont lieu entre le 1er avril et le 15 septembre. Pendant l’hiver, en effet, les conditions atmosphériques ne sont pas favorables à la colombophilie.» Cela n’empêche pas les membres de se réunir autour d’un souper et même au réveillon, afin de maintenir le lien.010 22 34 13.