ENVIRONNEMENT

Le Chili renonce à organiser la COP25: les Belges de Youth for Climate poursuivent leur mission

Parties pour le Chili à bord du Regina Maris depuis quatre semaines, Adelaïde Charlier, Anuna De Wever et Josefien Hoere ont décidé de poursuivre leur voyage malgré l’annonce de l’annulation de la COP25.

C’est une drôle de surprise à laquelle ont été confrontés ce mercredi les représentants belges du mouvement «Youth for Climate»: actuellement à bord du voilier Regina Maris parti depuis quatre semaines afin de rallier le Chili, ils ont appris que ce dernier renonçait finalement à organiser la COP25.

 

 

 

«Il ne peut y avoir de transition écologique sans transition sociale»

 

«Nous voulons tout d’abord exprimer tout notre soutien à la population et aux manifestants chiliens dans leurs combats pour leurs droits et pour plus de justice sociale. Comme nous l’avons répété à plusieurs reprises, il ne peut y avoir de transition écologique sans transition sociale», ont fait savoir Adelaide Charlier, Anuna De Wever et Josefien Hoere par voie de communiqué.

«L’annulation de la COP est évidemment dommageable car il est urgent de prendre des décisions au niveau mondial pour faire face à la crise climatique. La conférence de Paris a fixé des échéances à 2030 et nous sommes déjà en 2020. Il y a donc urgence pour prendre des décisions notamment en termes de financement.»

 

«La COP n’était pas l’unique objectif»

 

Forcément, cette annulation est un fâcheux contretemps pour les trois jeunes filles qui sont actuellement au milieu de l’Atlantique, non loin du Cap Vert. Si elles ne se rendront donc pas à la COP25, elles ont tout de même décidé de poursuivre leur route.

«Si l’annulation de la COP au Chili a évidemment aussi des conséquences importantes pour votre voyage, la COP n’était pas l’unique objectif. Nous allons poursuivre notre voyage en voilier à travers l’Atlantique pour sensibiliser le public à l’absence de solutions durables pour les voyages intercontinentaux. Nous allons donc poursuivre notre voyage pour nous rendre au Brésil ou nous nous rendrons dans la région de l’Amazone à l’invitation des chefs amérindiens, notamment du Chef Raoni, pour rappeler l’importance de la forêt Amazonienne pour la survie de l’humanité. Notre voyage se poursuit même s’il prend aujourd’hui une nouvelle tournure.»

 

Recherche en urgence

Pour le compte des Nations Unies en charge de l’organisation de l’événement, la secrétaire exécutive Patricia Espinosa a expliqué chercher en urgence une solution: «Nous sommes actuellement en train d’explorer des options alternatives pour l’accueil [de la COP25].»

 

Nos dernières videos