CINÉMA

Les coulisses du Star Wars belge: «On peut faire un film sans rien»

Les coulisses du Star Wars belge: «On peut faire un film sans rien»

La bande-annonce du «fanfilm» du trio hennuyer de Deep Dreams Films a fait forte impression. Deep Dreams Films

Trois passionnés du Hainaut préparent un «fanfilm» d’envergure inspiré de la saga La Guerre des Etoiles chère à George Lucas.

Le 4 mai 2020, le cinéma Caméo Tamines diffusera Star Wars Rise of the Force, un «fanfilm» tourné à La Panne, Wépion, Tournai, Braine-le-Comte ou encore Spa. Aux commandes, le trio hennuyer composé de Margaux Colarusso (26 ans), Brandon Gotto (25 ans) et Raytan RK Rawling (54 ans).

Précision: un «fanfilm» désigne un film assemblé de toutes pièces par des fans d’un long-métrage, d’une série, d’un livre ou encore d’un jeu vidéo. Ces passionnés injectent tout leur cœur dans ces projets. La motivation compense l’absence de moyens.

«On peut faire un film sans rien», s’enthousiasme Margaux Colarusso. La jeune comédienne incarne Aelia, une Jedi placée au centre de l’intrigue de Rise of the Force. La bande-annonce du projet de leur société de production Deep Dreams Films démontre qu’il est possible d’épater la galerie sans investir des sommes colossales.

«Notre budget avoisine les 5000€ si nous prenons en compte le matériel dont nous disposions déjà, comme la caméra et quelques costumes», estime Brandon Gotto (le rebelle Thy-Lan dans le film). «En excluant ce matos, nous avons sorti de notre poche quelques centaines d’euros», complète Raytan RK Rawling (le maître Jedi Akin dans le film).

Parmi les dépenses, «nous avons acheté du fromage et de la charcuterie pour garnir les pains servis aux figurants en costume sur le tournage au fort de Saint-Héribert, à Wépion», dixit Raytan RK Rawling. «Heureusement, à force de me voir acheter en quantité, une boulangerie de Braine-le-Comte a accepté de nous sponsoriser. En remerciement, son nom figurera dans le générique de fin.»

Spa Monopole, pour les bouteilles d’eau, intègre également le rang des sponsors. «Nous avons dû téléphoner des dizaines de fois, écrire de nombreux mails, pour obtenir de l’aide», témoigne Raytan RK Rawling.

Les coulisses du Star Wars belge: «On peut faire un film sans rien»
Les trois acteurs et réalisateurs du film ont reçu le soutien de spécialistes des costumes, des décors et des robots. Deep Dreams Films

De la 501th Fan Wars Garrison à la Dark Troopers Squad, des experts des costumes, des décors ou des robots ont ainsi prêté main-forte au trio de Deep Dreams Films. Avec en point d’orgue, le tournage de la grande scène de bataille à Wépion et celle de la «cantina» (bar de l’espace) à Tournai.

«C’était incroyable de tourner dans les superbes décors construits par les Tournaisiens de The Prospectors», se rappelle Margaux Colarusso. « Ce sont des artisans réputés, reconnus, que l’on croisait dans les conventions Star Wars.»

Après huit jours de tournage et d’inlassables heures de montage et de travail sur les effets spéciaux, «nous disposons de 55 minutes de film», témoigne Brandon Gotto. «Au final, il devrait durer une heure et vingt minutes. Nous serons prêts pour l’avant-première du 4 mai. Même s’il est certain que nous peaufinerons le montage jusque dans les dernières heures qui précéderont l’événement.»

En attendant cette échéance, quatre journées de tournage sont encore au planning de l’équipe. Dont une soirée au cœur de l’aérodrome de Spa.

Les coulisses du Star Wars belge: «On peut faire un film sans rien»
A l’origine du projet, Margaux Colarusso (26 ans), Raytan RK Rawling (54 ans) et Brandon Gotto (25 ans) incarnent également les trois rôles principaux du «fanfilm» Rise of the Force. Deep Dreams Films

L’hommage à Lucas

L’intrigue de Rise of the Force s’intercale entre celles des films Star Wars V L’Empire contre-attaque (1980) et Star Wars VI Le Retour du Jedi (1983).

«Nous essayons de capturer l’esprit du premier film, sur lequel George Lucas n’avait pas nécessairement beaucoup de moyens», insiste Brandon Gotto.

«C’est le 11 novembre 1977 que j’ai découvert le premier Star Wars au cinéma», se remémore avec émotion Raytan RK Rawling. «J’ai été ensuite le revoir tous les jours! Ma maman me déposait à la première séance de la journée puis me récupérait après la cinquième.»


Nos dernières videos