JUDICIAIRE

Anaïs Guillaume: plusieurs ossements humains retrouvés

Anaïs Guillaume: plusieurs ossements humains retrouvés

La ferme de Philippe Gillet, dont les environs ont été fouillés. EdA - 50250034934

Les ossements retrouvés à Formy évoquent un squelette humain. Ils n’ont pas encore été officiellement identifiés.

Plusieurs ossements « évoquant les éléments d’un squelette humain » ont été découverts à Fromy, à la frontière française, sur un terrain appartenant à Philippe Gillet.

D’après les premières conclusions de l’expert anthropologue, le premier os prélevé sur les lieux, découvert par la fille du cultivateur, lundi, « peut correspondre à un sujet ayant au moins une vingtaine d’années ». L’on sait par ailleurs, qu’il ne s’agit pas d'ossements historiques, en d’autres termes, d’ossements très anciens.

Les investigations poursuivies mardi par la section de recherche de la gendarmerie de Reims ont conduit à « la mise à jour d’un ensemble d’ossements évoquant les éléments d’un squelette humain », informe le procureur de la République, de Charleville-Mézières.

Rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer à ce stade qu’il s’agit du corps d’Anaïs Guillaume. Une identification via l’ADN sera très complexe et lente. Par contre, si des dents sont retrouvées, cela permettra une identification beaucoup plus rapide.

Le lieu où ont été découverts ces ossements « n’avait pas fait l’objet d’excavation pendant l’instruction judiciaire suivie contre Philippe Gillet », ajoute le procureur. Le fumier, lui, avait été fouillé.

Tout est parti d’une lettre anonyme reçue par l’avocat de Philippe Gillet. Une lettre indiquant qu'Anaïs a été «enterrée avec de la chaux vive» sous le tas de fumier, en face de la ferme du cultivateur. Ghislain Fay, l’avocat de Philippe Gillet a remis ce courrier à la justice française. Selon lui, la fille de Philippe Gillet a décidé d’aller elle-même entreprendre les fouilles, ce lundi, faute de réponse rapide de la Justice.

Avertis de la chose, les gendarmes ont immédiatement mis un terme à ces agissements, avant que les enquêteurs ne fouillent les lieux.

Philippe Gillet, surnommé le Taureau des Ardennes, a été jugé coupable du meurtre d'Anaïs et condamné à 22 ans de réclusion en avril dernier, en première instance. Il sera à nouveau jugé courant du premier semestre 2020 par la cour d’assises de Reims.


Nos dernières videos